De Delhi à Bundi

DSCN0649
0 Flares 0 Flares ×
L'Inde par la fenêtre jaunie du train

L’Inde par la fenêtre jaunie du train

Après vous avoir raconté comment je suis me retrouvée en Inde et pourquoi je l’ai très mal vécu, voici le récit du voyage!

Très peu de photos dans cet article car je n’ai pas osé prendre une seule photo à Delhi…

Arriver à Delhi

Nous sommes arrivées un soir, tard et dès notre descente d’avion je me suis sentie perdue. La seule chose à peu près intelligente que nous avions fait en réservant notre hôtel était d’avoir demandé à ce qu’on vienne nous chercher à l’aéroport.

C’est là que nous avons commencé à payer notre première erreur: ne pas nous rendre compte que « routard » n’avait pas la même définition pour tout le monde et que la notre n’était pas celle d’un voyage en Inde. Nous avions réservé dans un hôtel situé dans le quartier « routard » de Delhi, Panhar Ganj. Mauvaise idée. Joana de Veni Vidi Voyage (qui a vécue en Inde) vous le dira, ne logez pas à Panhar Ganj.

Cottage Yes Please Delhi

La chambre de l’hôtel Cottage Yes Please

Hôtel Cottage Yes Please

La chambre de l’hôtel Cottage Yes Please

Nous avons passé notre première nuit dans une chambre glauque, avec une fenêtre minuscule permettant uniquement au bruit incessant des chiens errants d’entrer. Et là, couchée dans mon sac à viande, sans dormir de la nuit, j’ai commencé à me demander ce qui m’avait pris. La chambre était par contre relativement propre et le reste de l’hôtel également, si on exclus les draps, sac à viande obligatoire!

Le lendemain, après un tour en ville pour acheter des vêtements locaux, la décision était prise: il fallait qu’on quitte Delhi. Et l’aventure de l’achat du billet de train nous a convaincues que vraiment, il fallait qu’on quitte cette ville.

Le bruit, les odeurs, les gens allongés par terre recouvert de mouches, l’impression permanente d’être épiée, le sentiment qu’il était impossible de faire confiance à qui que ce soit… tout me donnait envie de fuir.

Quitter Delhi

J’avais lu beaucoup de choses sur la Old Delhi Station et sur les arnaques à éviter à Delhi. Je les avais notées, retenues, racontées à l’amie qui m’accompagnait et je pensais franchement être parée. J’ai eu tort.

Là, au milieu de la foule devant la gare, paumée dans les bruits, je me suis fait avoir. J’ai mis pas loin d’1h et une course en tuk-tuk à comprendre que non, le bureau réservé aux étrangers n’était pas fermé, que non, l’agence où on nous emmenait n’était pas la nouvelle agence officielle mais une agence faite pour nous prendre un maximum de commission. Que le monsieur nous ayant renseigné, le chauffeur et l’agence étaient de mèche. C’est en arrivant devant cette fameuse agence que quelque chose a fait tilt et que j’ai repris mes esprits. Là, sans avoir la moindre idée d’où nous étions dans Delhi.

Grâce au Lonely planet nous avons trouvé la véritable agence du tourisme de la ville, et nous avons même eu la chance de trouver un employé parlant français qui nous a indiqué comment trouver le fameux bureau des réservations destinés aux étrangers à Old Delhi Station.

Office du tourisme officiel

Dans le quartier de la Connaught Place: 88 Janpath

Après moult péripéties, et des hurlements sur les gens qui essayaient de nous barrer le chemin, nous avons fini par trouver le fameux bureau destiné aux étrangers et par pouvoir dire « Nous voulons deux billets de train, demain, absolument ». Sur notre liste, deux ou trois petites villes à l’est de Delhi…

Bureau des réservations Old Delhi Station

Le bureau des réservations réservé aux étrangers se trouve à l'étage de la gare, il faut monter un grand escalier et le bureau est indiqué. Ne vous laissez pas abuser par les hommes qui se feront passer pour des employés et vous indiqueront qu'il est fermé mais qu'un autre bureau se trouve en ville!

Sur la route jusqu’à Bundi

À l’hôtel personne n’a semblé surpris de notre désir d’écourter notre séjour, et après une 2ème et dernière nuit à Delhi, d’âpres négociation avec un gang de chauffeurs de tuk-tuk qui essayait de nous extorquer l’équivalent de 100€ pour nous emmener à la gare, une traversée de Delhi au petit matin nous avions gagner le droit d’attendre 2h sur un quai de la gare Nizzamudin, encore et toujours dévisagées.

Paysages par la fenêtre du train, Inde

Nous étions ensuite parties pour 6 ou 7h de train, direction Kota, puis un transit en tuk-tuk, toujours durement négocié et 2h au fond d’un bus, les sacs sur les genoux, avec les 30 personnes assises devant nous retournées pour nous regarder.

C’est comme ça que nous sommes arrivées dans la ville où Kipling a écrit Le livre de la jungle, Bundi, « petite » ville de 90 000 habitants.

À suivre…

Ma bouffée d'oxygène dans la vie? Les voyages! Je vous les raconte sur ce blog, au bout du monde ou à quelques kilomètres de Paris, évadez-vous avec moi!

9 Comments

  • Répondre mai 2, 2014

    ohetpuis

    J’ai hâte d’avoir la suite même si j’ai eu un avant goût hier en live ;)

  • J’ai envie de lire la suite même si dans ton récit transparaît cette insécurité que tu as ressentie là-bas…

  • Répondre mai 24, 2014

    Tameï

    C’est dommage que vous n’avez laissé sa chance à Delhi. Il y a des choses tellement belles. Quand je suis arrivée à Delhi et suis sortie de l’aéroport, je me suis prise en pleine figure les 40°c+pollution+humidité et je me suis dis que j’allais jamais survivre x)

    C’est « marrant » on a eu la même arnaque que vous pour l’office de tourisme et mon amie était prête à plonger dedans. Sauf que moi ça ma fait tilte car le mec s’est auto embrouillé. Il a dit un truc comme quoi allait nous y emmener car là où on voulait aller c’était fermé du à la fête du 15 septembre or on était en juillet.
    J’ai dormi dans le même quartier que toi et l’hôtel ça allait (on prenait à chaque fois quasi le moins cher). Par contre, c’est vrai que c’est pas la vraie inde ce quartier, tu croises des touristes partout et c’est pas très agréable.

    • Répondre mai 24, 2014

      Claire

      On lui a laissé sa chance, on avait prévu d’y passer plusieurs jours ^^ Mais je pense qu’on aurait du suivre les conseils des voyageurs qui disent qu’il vaut mieux la garder pour la fin, quand on a eu le temps de digérer un peu =)

      C’est une arnaque super courante dont j’avais entendu parler en plus… mais là, j’ai mis du temps à réagir tellement j’étais paumée!

  • Répondre juin 2, 2014

    Victor

    Salut Claire. Je débarque ici; j’ai ressenti la même chose lors de mon voyage à Dakar (Avec quand même un quota plus important de gens bienveillants il me semble, mais toujours cette impression que malgré leur gentillesse ils sont interessés, c’était vraiment une sorte de perte de repêres pour moi). J’attends donc la suite de cet article avec curiosité.

    • Répondre juin 2, 2014

      Claire

      Merci pour ton commentaire! Pour la suite, les quelques articles avant la débâcle finale sont là: http://twolittleredcats.com/inde ;-)

      Je ne suis jamais allée en Afrique noire pour le moment, mais il y a des pays qui ont l’air tellement magnifiques… On verra =)

  • Répondre août 12, 2014

    Parvati

    Les rickshaws de paharganj sont vraiment particulièrement relous…
    Même si je conçois bien que la différence de niveau de vie existe et qu’on est des privilégiés en France, c’est agréable pour qui d’être pris pour un sac à fric ambulant prêt à passer outre tout manque de respect élémentaire pour être arnaqué ?
    Je vis en Inde depuis quelques mois, Delhi, pour « survivre » j’ai ma méthode: le ras-le-bol vient par crises, déclenchées par une « indiennerie » de trop, puis ça me passe. C’est par période. Pas de tout va bien ni de tout va mal.
    J’ai eu le coup à la gare aussi, sauf que je savais très bien où était le bureau touriste et d’ailleurs j’avais déjà mon billet. Mais le mec a essayé quand même malgré ça, je l’aurais buté en lui balancant un rat crevé dans la tronche (y’avait de quoi à disposition ^^)
    En fait il y a des avantages à vivre à Delhi, l’habitude, être dans des quartiers résidentiels aisés et non dans ceux des circuits touristiques, connaître des Indiens… et je perçois les difficultés qu’un touriste doit éprouver en débarquant.

    • Répondre août 12, 2014

      Claire

      Moi aussi je savais qu’il y avait un bureau et j’avais bien noté les informations sur sa position dans la gare mais… ma tête s’est vidée ^^ Le stress surement =) Quand on est revenu j’ai crié sur ceux qui ont essayé de m’empêcher de passer et bizarrement ça les a fait fuir!

Leave a Reply

Laisser moi un commentaire!