Chronique d’un voyage raté: l’Inde 2/2

IMG_0535
0 Flares 0 Flares ×

Lundi dernier je vous ai laissé sur mon arrivée à Delhi, avec trois nuits d’hôtel de réservées et… rien d’autre. Enfin si, un sac à dos plein et une amie aussi dépaysée que moi. J’ai très peu raconté ce voyage, car je n’ai jamais vraiment réussi à mettre les mots sur le malaise que j’y ai ressenti et que je ressens toujours, presque 3 ans après mon retour. Mais je vais essayer!

Cet article est une deuxième version, j’étais partie pour vous raconter le voyage de façon chronologique, en essayant de mettre des mots sur chaque étape, chaque galère, chaque peur, chaque moment décisif mais aussi sur les moments plus positif au fur et à mesure des étapes.

Et puis en regardant les photos, je me suis souvenue de ce que ma famille m’a dit lorsque je suis rentrée, avec 10 jours d’avance, et que pour la première et seule fois de ma vie je suis allée me planquer chez ma mère avec le Brun venu me chercher à l’aéroport à Bruxelles. Pour souffler. Pour ne pas retrouver Paris ou Lille mais un village et une maison que je connaissais bien. Ma famille a voulu savoir ce qu’il s’était passé alors j’ai montré les photos et on m’a dit que ça n’avait pas l’air aussi horrible que ce que je racontais.

IMG_0241

Un moment de calme au fort de Bundi

IMG_0409

Prise de tête sur les réservation de trains

En regardant moi même ses photos, maintenant, je comprends ce qu’on vu les autres. Ou plutôt ce qu’ils n’ont pas vu. Moi je vois aussi les gros vides, les longues périodes qu’aucune photo ne vient illustrer.

Je ne vois pas de photos de Delhi. Je ne vois pas des photos des hommes qui nous suivaient dans la rue. Je ne vois pas de photos de gens allongés par terre et recouverts de mouches dont on se demandait si ils étaient vivants ou morts. Les odeurs et les bruits ne se prennent pas non plus en photos.

L’Inde m’a épuisée en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. J‘ai été sur le qui-vive pendant 10 longues journées. J’ai eu du mal à manger, du mal à dormir. Je me suis sentie épiée en permanence. Non. Dès ma descente de l’avion j’ai eu l’impression d’être à poil au milieu de gens qui me dévisageaient et cette impression ne m’a pas lâchée pendant 10 jours.

DSCN0646

Dans le train de Delhi à Kota, bien planquée

J’ai eu chaud, j’ai transpirée, je me suis sentie mal dans mon corps, pas à ma place et infiniment vulnérable. J’ai ressenti le regard déplacé des hommes et celui désapprobateur voir agressif des femmes. J’ai été plus prise en photos en 10 jours que dans toute ma vie, très souvent sans me demander mon avis et sans la moindre gène.

IMG_0332

Je me suis sentie coincée, incapable de devoir négocier pour le moindre trajet ou pour du papier toilette. J’ai été épuisée de devoir m’énerver sur des gens qui tentaient de nous arnaquer et se plaignaient qu’on ne leur faisait pas confiance.

Alors évidemment il y a eu des moments de relâche, voir des moments de presque grâce. Il y a eu des gens bienveillants, positivement curieux, juste ravis de nous croiser. Il y a eu des paysages magnifiques, des bâtiments impressionnants, des éléphants sur l’autoroute, … Mais pas assez pour compenser.

Au bout de 10 jours je suis tombée malade, j’ai passé 24h affreuses et quand l’amie avec qui je voyageais m’a proposée de rentrer, j’ai dit oui. En 2h nos familles étaient prévenues (et soulagées), des billets d’avions et une voiture pour le lendemain réservées.

C’est comme ça qu’au bout de 10 jours et après 7h de route sans sortir de la voiture, je suis rentrée à moins de la moitié de mon voyage.

fort bundi

Bundi

424606_10150527104703107_1635710922_n

Bundi

Il parait qu’on adore ou qu’on déteste l’Inde. J’ai détesté ce que j’ai ressenti là-bas et je déteste encore plus l’appréhension qu’il me reste désormais à chaque fois que je pars quelque part.

À lire également si le sujet vous intéresse

La suite: de Delhi à Bundi

Pour mes conseils, histoire de partir mieux préparé-e que moi: Mon guide de survie en Inde à l’usage des non-baroudeuses.

Sur le site Mademoizelle.com, un article d’une rédactrice ayant vécu le même genre d’expérience: J’ai testé pour vous… le syndrome de l’Inde, ou le pétage de câble à l’étranger

Ceci est évidemment un ressenti personnel, je ne suis pas là pour vous dire que l’Inde est un pays atroce où vous ne devez surtout pas vous rendre. Il y a des gens qui adorent, même des femmes seules, mais moi je l’ai très mal vécu alors que je ne m’étais jamais considérée comme quelqu’un de particulièrement vulnérable.

Vous connaissez l’Inde? Si vous avez aimé ou détesté, si vous comprenez ou ne comprenez pas ce que j’ai ressenti… Dites le moi dans les commentaires, de façon respectueuse et constructive, bien évidemment!

Pour lire la suite de mes articles sur l’Inde suivez moi sur facebook, twitter ou Hellocoton.

Incoming search terms:

  • pourquoi ne pas aller en inde (2)
  • mauvaise experience volontariat inde (1)

Ma bouffée d'oxygène dans la vie? Les voyages! Je vous les raconte sur ce blog, au bout du monde ou à quelques kilomètres de Paris, évadez-vous avec moi!

101 Comments

  • avril 30, 2014

    ohetpuis

    Comme tu dis ça passe ou ça casse. j’ai autour de moi des gens ravis et d’autres avec le même récit que toi ! Tu pourras au moins dire que tu l’as fais !

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      C’est sûr! je peux aussi dire qu’on ne m’y reprendra pas =D

    • juin 4, 2014

      Nanouchka

      Moi c’était à Casablanca que j’ai détesté le regard des hommes (et de certaines femmes). J’y suis restée trois jours et je ne veux plus jamais y remettre les pieds. Ces regards de hauts en bas, sur tes seins, tes jambes, tes fesses. Alors que je suis loin d’être féminine et de m’habiller avec des décolletés et des jupes courtes !! Les gens qui y voyagent racontent toujours le côté positif… Mais ils oublient de parler de ce mauvais côté… J’ai été à Madagascar et le regard des hommes étaient beaucoup moins pervers et dérangeant. Merci pour ton témoignage sincère qui reflète la totalité de ton voyage et non uniquement les points positifs comme les gens ont l’habitude de faire !!

      • juin 4, 2014

        Claire

        Je suis allée à plusieurs endroits au Maghreb et c’est vrai que c’est parfois vraiment dérangeant, selon les villes, les gens, … Mais rien à voir avec l’Inde!

  • avril 30, 2014

    ducotedechezma

    Je ne connais pas l’Inde mais je pense comprendre ce sentiment que tu décris, cette insécurité (physique parfois, émotionnelle tout le temps..)…
    Je te souhaite surtout que cette appréhension à chaque voyage puisse s’atténuer au fil du temps…

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      Il n’y qu’une chose à faire, voyager voyager voyager pour passer à autre chose… Je m’y emploie avec sérieux :)

      Tu as déjà vécu ça en voyage?

      • avril 30, 2014

        ducotedechezma

        Pas à ce point, pas de façons aussi « globale », mais j’ai parfois eu ce sentiment de ne pas être à ma place, plus ou moins furtivement…
        Effet de l' »âge » ou pas (?) , j’ai l’impression que cela ne m’est pas arrivé depuis bien longtemps en tous cas…

  • avril 30, 2014

    Pauline

    J’ai découvert ton blog via Hellocoton avec « Chronique d’un voyage raté: l’Inde. 1/2″ et j’attendais avec impatience le 2/2, car pour ma part j’ai beaucoup aimé l’Inde, biensûr on nous avait mis en garde ou justement rien dis : « tu pars où? » ,  » En Inde ! :) » « Ahhhh…. en Inde….. :S » Même mon père ne comprenait ça qu’on allait faire là bas ! Comme toi c’était mon premier voyage en sac à dos et comme toi j’ai passé beaucoup de temps à choisir/trouver mes accessoires de voyage et seulement après je me suis dis que ça pouvait être dur ce pays pour un premier voyage en sac à dos… Alors j’ai lu beaucoup, voire énormément de blog/forum/site/guide sur ce pays… Et surtout je m’apprêtais au pire : des morts, des enfants collés à nos basques H24, et tout ce qui pouvais se faire de pire. Après je suis partie avec mon homme, cela change peut être un peu les choses, mais pas les gens qui te suivent, veulent t’arnaquer et ces regards incessants et insistants mais ne me demande pas comment, je me suis habituée à cela et j’ai passé un merveilleux voyage. Il y a eu des moments difficiles ( 2 particuliers) sur 1 mois de voyage et mais on s’en est sorti victorieux et 4 mois plus tard on les raconte à moitié en rigolant, enfin à moitié quand même car le sentiment de mal être du moment précis est toujours là.
    En fait, ce que j’ai beaucoup aimé c’est la liberté que nous a offert ce pays et malgré tout ces indiens leurs façons d’être et vivre leurs vies… Au final, nous avons beaucoup appris sur nous même et c’est peut-être ça qui nous a plu, ce voyage intérieur ! ( MON DIEU, on dirait un Gourou de secte !! lol)

    C’est difficile à expliquer et sûrement à comprendre pour toi qui a tant détestée ce pays. Avant de partir, on s’était aussi dit que si cela ne nous plaisait pas et que l’on ne se sentait pas bien, on irait se réfugier dans un hôtel avec piscine quelque part et qu’on attendrait, la date du vol retour. Le fait de se l’être dit avant de partir à été très rassurant.

    Voilà j’ai terminé mon roman, je commence justement sur mon blog à raconter mon voyage donc si jamais ça t’intéresse (encore), n’hésite pas à aller faire un tour….

    Pauline
    http://hortcreations.canalblog.com/

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      C’est marrant pour le coup de l’hôtel, s’est ce qu’on s’était dit aussi et on a failli le faire ^^ Mais quand je suis tombée malade ça a été la goute d’eau, j’arrivais vraiment plus à gérer.

      Je pense que ça change quelque chose de voyager avec un homme, mais en même temps il y a aussi des femmes qui voyagent seules en Inde et qui adorent… Je crois que c’est un pays où il n’y a pas de règle universelle. Il y a quand même de nombreux moments où j’ai regretté de ne pas avoir embarqué mon Brun avec moi, mais ce n’était malheureusement pas possible.

      J’irai lire ça, ça m’intéresse de voir comment d’autres ont géré ce pays!

      Je vois que tu es allée à Udaipur, c’est la ville que j’ai trouvé la plus facile personnellement :)

      • avril 30, 2014

        Pauline

        C’est aussi notre ville préférée (avec Jodphur) et c’est d’ailleurs là qu’on s’est fait un VRAI ami indien ! J’espère que ma version de l’Inde te plairas … A bientôt !

        • avril 30, 2014

          Claire TL(r)C

          Zut, on est pas allées jusqu’à Jodphur! ;-)

  • avril 30, 2014

    Manon

    Merci pour ce témoignage. J’ai été très touchée par ce que tu as écrit.
    On ressent vraiment le traumatisme dans tes mots.
    Je ne suis jamais partie en Inde. C’est un pays qui ne m’a jamais fait envie. Pourtant, j’en ai lu des articles où les gens disaient être ravis de leur voyage. Malgré tout, j’ai cette désagréable impression que je ne m’y sentirais pas du tout à ma place. Et encore plus maintenant que j’ai lu ton article.
    J’espère très sincèrement que tu arriveras à surmonter tout ça et que ça ne t’empêchera pas de partir à la découverte d’endroits merveilleux :)
    Bonne journée !

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      Merci Manon =)

      C’est vrai que très bêtement, à chaque fois que j’y repense j’ai les angoisses de là-bas qui remontent. C’est pas facile d’écrire ses articles mais je me dis que ça peut pas me faire de mal de faire sortir enfin tout ça.

      c’est un pays qui n’est pas pour tout le monde, si tu ne le sens pas, il y a plein d’autres endroits merveilleux dans le monde!

  • avril 30, 2014

    Miladj

    Le titre de ton article m’a particulièrement intriguée.
    Tu me fais rêver avec tes voyages, j’adorerai faire ça ! Et j’ai toujours eu envie d’aller en Inde. Si je suis honnête, j’ai toujours voulu y aller parce que c’est le genre d’endroits dont on m’a dit je-ne-sais combien de fois « Oh il faut absolument aller là-bas ! ».
    Pour changer sa vision du monde, pour découvrir des choses, pour vivre dans une autre culture, pour voir des choses + vraies… etc.
    Alors la part de mouton que j’ai en moi m’a donné envie d’y aller.
    En réalité je me suis souvent dit « ça ne me plaira pas, il fera chaud, je me sentirai mal à l’aise, on doit y voir des choses horribles, des gens pauvres, malades… ».
    Je suis déjà extrêmement mal à l’aise en Angleterre moi, alors l’Inde…

    Dans un sens c’est rassurant de lire un récit honnête.
    Mais ça a eu l’air si difficile pour toi =(
    Gloire à tes prochains voyages et à tous les moments fabuleux qui atténueront ces sentiments négatifs ! =)

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      Merci beaucoup =)

      Ca a été difficile mais j’essaye (encore ^^) de le prendre positivement, je suis venue, j’ai vu, j’ai pas vaincu, mais j’ai survécu =D

      C’est sûr qu’il y a une espèce de « mode Inde » et qu’il est peut-être de mauvais ton de dire qu’on a pas aimé, mais il y a des gens qui adorent réellement. Je comprends, mais moi je n’ai pas réussi! Peut-être que tu adorerais, c’est très surprenant…

  • C’est vrai qu’avec tous les reportages que l’on peut voir sur la condition des femmes en Inde et les témoignages comme le tiens, je n’ai plus trop envie de tenter de l’aventure !
    C’est dommage car le pays, son histoire et sa culture, a l’air sublime.

    A mon petit niveau, j’avais ressenti les mêmes choses que toi quand je suis allée au Maroc … il y a des moments ou sortir était un calvaire … Du coup on a plus profité de notre hôtel que de la ville.
    Bon alors le Maroc, a coté de l’Inde ça doit être Disney … alors je ne veux même pas imaginer ton voyage en Inde !

    j’espère qu’avec le temps ton malaise va s’éteindre … et que ça passera avec le temps ;)

    Bises

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      C’est pas toujours évident au Maroc mais c’est sûr que ça n’a rien à voir. Je suis allée à Marrakech avec ma mère et je n’avais pas particulièrement apprécié la ville (trop bruyant, trop polué, …) mais on est été presque « tranquilles ». À Tanger j’ai voyagé en famille et avec mon Brun donc aucun problème, même si c’est sûr qu’on se sent plus à l’aise en Europe ou en Amérique du Nord =)

      Si tu as eu du mal au Maroc, il y a plein d’autres endroits à voir dans le monde! Si tu es attirée par l’Asie il parait que la Thaïlande ou le Cambodge sont beaucoup plus faciles!

      • mai 2, 2014

        Tienou

        Je ne peux que confirmer pour le Cambodge, et encore plus pour la Thaïlande. Les deux pays sont relativement « modernes » à tous points de vue, et les gens vivent leur vie sans vraiment se préoccuper des touristes… Les paysages et bâtiments sont de plus magnifiques (même si l’Inde a sans doute encore mieux à proposer !)

  • avril 30, 2014

    PoisonFanny

    Je comprends tout à fait ce que tu veux dire ! J’y suis allée dans un contexte particulier, c’était en voyage avec mes parents, le dernier que j’ai fait avec eux. Ils avaient choisi de faire un voyage organisé pour plus de simplicité et cette idée m’avait fortement déplu, mais bon… On ne dit pas non à l’Inde, n’est-ce-pas !

    Et j’avais raison, j’avais honte de débarquer en cohorte de touristes qui semblaient richissimes par rapport à la pauvreté ambiante ! Et puis, au fil des jours, j’ai perdu cette honte. A force de me faire suivre, de ne pas pouvoir m’arrêter pour pouvoir regarder quelque chose au risque de me retrouver entourée en 5 secondes d’enfants qui me harcelaient pour acheter leurs babioles et d’adultes aux intentions… Moins mercantiles ! A force d’avoir été prise en photo (une rousse à la peau claire là-bas, ça ne passe pas inaperçu !) et d’avoir compris que la mendicité était un travail comme un autre là-bas…
    Après avoir connu un moment de confusion et de peur la plus totale quand on m’a droguée (je pense, je ne l’ai pas vu, mais les résultats étaient là) et que mon frère était là pour me sauver de… Quoi ? Je ne le saurai jamais grâce à lui, je ne saurai jamais le remercier assez.
    Heureusement, mes parents n’ont rien su de ça, je n’ai pas voulu leur faire de peine. Après être tombée malade aussi, au point que mon père voulait me faire rapatrier.

    Bref, pardon pour le roman, mais comme toi, je n’en parle jamais parce que c’est dur, mais le faire sortir ça soulage aussi. Désolée que tu aies vécu le même genre de séjour que moi… Mais heureusement, ça ne m’a pas empêchée de repartir ailleurs, et d’adorer, et d’effacer tout ça !

  • avril 30, 2014

    Catherine

    ça m’est arrivée aussi ! Partie pour 2 mois, je suis rentrée au bout de 3 semaines avec 7 kilos en moins !!!! J’en garde quand même un bon souvenir mais j’étais trop fatiguée pour poursuivre ma route. C’était tellement intense.

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      Moi j’ai perdu 4kg en 10 jours ;-)

  • avril 30, 2014

    Morgane

    Il y a encore quelques années aller en Inde était presque un rêve pour moi. Mes meilleures amies étaient indiennes et m’apportait un peu de cette culture très riche qui me fascinait. Et au fil des années ça m’a de moins en moins fait envie… J’ai déjà du mal avec le regard pesant des hommes dans le tramway alors en Inde… Et toutes les histoires de viols dont on entend parler ne sont pas là pour rassurer. C’est vraiment dommage, les paysages ont l’air grandioses et comme je le disais c’est une culture très intéressante =/
    Le mal être que tu as ressenti ne m’étonne pas !

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      Peut-être que tu aimerais, on ne peut jurer de rien, mais si déjà en France le regard des hommes te pèsent ça risque d’être difficile… Les différentes affaires de viol qui ont fait le Une ces derniers mois on aussi fait changer mon copain qui voulait absolument qu’on y retourne ensemble. Se rendre compte que sa présence n’empêcherait rien lui a foutu un coup =)

  • avril 30, 2014

    auroreinparis

    Ton témoignage est extrêmement touchant. Je me doute qu’un tel pays ne se laisse pas appréhender facilement. Je ne pourrais pas partir juste ac une copine, ou pire, seule. Et je pense que j’aurais l’appréhension d’y ressentir la même chose. Mais quel dommage de n’avoir pas réussi à profiter :(

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      C’est sûr, c’est dommage et je l’ai vécu comme un véritable échec personnel… heureusement l’amie avec qui je voyageais l’a pris plus positivement =)

  • avril 30, 2014

    Amélie-Marie

    C’est vrai dommage cette histoire de voyage raté, qui te laisse un si mauvais souvenir de l’Inde. J’ai pas mal bourlinguée dans des pays pas faciles, mais je n’ai jamais rencontré de problème avec les hommes. Par contre la misère, c’est une autre histoire … Peut-être qu’un jour, plus tard, tu auras pansé cette mauvaise plaie :).

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      J’avoue que pour le moment je n’envisage pas d’y retourner, même si un côté « revanche » pourrait m’y pousser.

      La misère est difficile à regarder, c’est difficile de ne pas se sentir coupable, privilégié, … Mais l’agressivité est encore plus difficile, je ne m’y attendais pas à ce point et ça a été une véritable claque.

  • avril 30, 2014

    Mathilde Piton

    Je me retrouve pas mal dans ce que tu as écrit !
    L’inconfort physique, (chaleur, moiteur, nourriture très très épicée – je n’ai mangé que du riz et bu du coca pendant un mois), l’absence de répit (regards braqués en permanence sur moi, et les deux copains avec qui je faisais ce voyage – et même si on était moches et transpirants, on nous prenait tout le temps en photo), et l’impression d’être une riche touriste blanche au milieu d’une foule très, très pauvre…
    C’était un voyage très particulier, qui ne m’a pas laissé que de bons souvenirs. Heureusement, je suis allée au mariage d’une amie à Delhi tout à la fin du voyage. Pour finir ce voyage en beauté, ma robe en soie achetée sur un marché s’est entièrement déchirée dans le dos la première fois que je me suis assise. C’était en 2007, en Inde du Nord, et maintenant, je crois que je suis peut-être enfin prête à y retourner…
    Bises !

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      Ah ben voilà, ça a fonctionné!

      Je suis contente des retours sur cet article, j’avais un peu peur de me faire huer… Ca fait du bien de me rendre compte que je ne suis pas la seule à avoir ressenti ça =) Personnellement j’ai mangé des barres de céréales qui nous restaient de l’avion, puis du riz et bu du coca et de l’eau en bouteille aussi… La seule fois où j’ai mangé autre chose je suis tombée malade et j’ai mis des semaines à être complètement guérie une fois rentrée. J’ai couté cher à la sécu =/

      Le mariage devait être quelque chose de très beau à voir… jusqu’à ce que la robe craque! ^^

  • avril 30, 2014

    Richard

    Je me rappelle quand t’as annoncé que tu partais en voyage en Inde, je crois que c’est la seule fois que je me suis vraiment inquiété pour quelqu’un qui partait en voyage. Je suivais ton périple avec attention sur facebook, et, comme ta famille visiblement, je me suis senti rassuré quand t’as annoncé revenir plus tôt que prévu.
    Malgré des jolies photos, je trouvais qu’on ressentait bien le malaise à travers tes écrits.
    M’enfin, même si l’expérience n’a pas été agréable, l’important, c’est qu’il ne s’y soit rien passé de grave, et si ça se trouve, un jour tu seras capable d’y retourner et ça sera peut-être plus agréable que cette fois-ci.

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      Ce qui est drôle c’est que moi j’avais l’impression de présenter les choses plutôt positivement. C’est quand je suis rentrée que les gens m’ont dit que ça se ressentait dans mes mails ou sur facebook que j’étais mal. Pourtant je ne voulais surtout pas inquiéter les gens =)

      Désolée de t’avoir inquiété =D

  • avril 30, 2014

    valisefraise

    L’Inde, je reve d’y aller depuis longtemps…ma copine m’avait envoye ce lien, tu devrais le lire je reconnais pas mal de ton recit: http://www.psychologies.com/Culture/Philosophie-et-spiritualite/Pratiques-spirituelles/Articles-et-Dossiers/Mefiez-vous-du-syndrome-de-l-Inde
    http://www.valisefraise.com

    • avril 30, 2014

      Claire TL(r)C

      Merci pour ce lien! Je vais lire ça très attentivement =)

  • avril 30, 2014

    saradote2014

    Je comprend tellement ton ressenti! Je suis parti 5 semaines en Inde avec mon copain. Et ce fut ça…presque tous les jours. J’ai adoré le pays pour ses paysages, ses richesses architectural. J’ai aussi fait Bundi :-)

    J’ai aimé la nature…mais j’ai eu beaucoup de mal avec la population. Entre les propositions sexuelles un jour sur deux alors que j’étais accompagnées et ne laissait voir aucun centimètre de peau autre que mains/visage (en plus étant allergique au soleil j’ai pas trop eu le choix), les photos non stop (même quand je vomissait derrière un bus), les bousculades, les forçages parfois pour qu’on fasse ce qu’ils veulent…bref j’ai eu dur.
    Le climat encore pire…j’ai fait un malaise cardiaque sous l’effet de la chaleur mon coeur faisait des aller venu entre 50/min et 150/min toute les 10 minutes. L’horreur j’ai cru qu’il allait finir par lâcher!
    Et la nourriture que je ne savais pas manger car trop piquante (étant à tendance ulcéreuse, après chaque repas j’étais plié en deux de crampes à l’estomac) du coup j’ai perdu pleins de Kg…le coca et les naan m’ont nourrit pendant presque tout le séjour, j’étais pâle, maigre et pas bien physiquement!

    Sur les 5 semaines nous en avons passer une à dharamsala, ville où se sont réfugiés les tibétains et notamment le Daila Lama…quel bonheur! Ce fut la plus belle semaine du séjour : ni trop chaud, une population majoritairement tibétaine beaucoup plus sympathique et respectueuse, de la verdure, de la nature, des temples bouddhistes. C’est là que j’ai compris que je m’étais trompé de pays, la prochaine fois j’irais en Chine, au Népal ou au Vietnam.
    J’ai eu aussi des moments géniaux comme notre chauffeur qui m’a fêté mon anniversaire comme une reine sans avoir rien demandé et simplement par générosité. Bref…
    Ce voyage je suis mitigée…j’ai adoré à des moments et j’ai detesté à d’autres. Très difficile d’expliquer se ressenti au retour car les gens ne comprennent pas…ils fantasment sur l’Inde et ne comprennent pas notre ressentit. Et quand je dis au gens en rigolant que niveau nourriture, le McDo m’a sauvé ils sont choqués : mangé au McDo en Inde alors que la cuisine indienne est si riche? Et bien oui…désolé je mange jamais au McDo chez nous…mais en cas de force majeur, je préfère ça que de me perforer l’estomac.

    Je me retrouve tellement dans ton article si tu savais!

    • mai 1, 2014

      Claire TL(r)C

      Merci pour ton commentaire, ça fait du bien de se sentir moins seule et de voir que d’autres ont vécus la même chose!

      Moi je n’osais pas manger, j’avais trop peur de tomber malade, rien ne passait et tout me dégoutait… C’était vraiment dur, résultat on buvait des jus de fruit et du coca pour avoir au moins un peu de sucre. On a pas testé le McDo même si on avait dit qu’on le ferait, je voulais manger végétarien chez McDo, une fois, pour dire =)

      Les photos c’est horrible, ils te tirent par le bras, te suivent, te mettent le flash dans les yeux comme si tu étais un animal de foire et pas une personne. Pour moi qui n’ose pas prendre les gens en photos, c’était vraiment incompréhensible!

  • mai 1, 2014

    Tameï

    Ton article est très intéressant car ce n’est pas du tout mon ressenti.

    J’ai été en Inde l’été dernier, en 2013. Avant mon départ, tout le monde me prévenait que c’était un pays dur, que les gens revenaient avant la date de fin prévue, que certains étaient un peu traumatisés … Moi je n’ai pas du tout vécu ça.

    J’y suis allée avec ma meilleure amie pour faire du volontariat 3 semaines (à Jaipur), puis du tourisme une semaine et j’ai trouvé ça trop court.

    Certes, comme tu l’as écris, j’ai détesté me faire arnaquer par les gens, ne pas pouvoir me fondre dans la foule, j’ai perdu du poids, j’ai été malade 24h … et pourtant, je me suis sentie bien en Inde. Peut-être parce que j’y étais en tant que volontaire et que j’ai appris à connaître l’Inde et les Indiens avant d’aller à Delhi et faire face à la pollution, au bruit, et aux gens trop habitués aux touristes qui souhaitaient juste m’arnaquer ou bien te prennent en photo en cachette.
    La seule différence que j’ai ressenti par rapport aux nombreux autres pays que j’ai visité, c’est que lors de ce voyage d’un côté je n’avais pas envie de partir et en même temps j’avais envie de rentrer.

    • mai 1, 2014

      Claire TL(r)C

      Heureusement qu’il y a des gens qui le vivent mieux =)

      Comme tu le dis, je pense qu’apprivoiser l’Inde autrement au départ, par du volontariat ou en commençant par une petite ville, est une bonne chose, qui aide à absorber le choc.

      Si j’avais un seul conseil à donner ce serait: ne commencez pas par Delhi!

  • mai 1, 2014

    Chloé

    Ca y est, j’ai compris le pourquoi du comment! Je ne suis jamais allée en Inde, et les photographies/avis que j’en ai eus ne m’attirent pas du tout. Pourtant, ceux-ci sont loins d’être négatifs! Mais justement, les points dont tu parles me mettent mal à l’aise… Trop de monde, trop d’animation, trop de « liberté, trop de bruit, de foule… « Trop ». Je changerai peut-être d’avis un jour, mais l’Inde me fait peur, et je comprends ce que tu as pu ressentir…

    • mai 1, 2014

      Claire TL(r)C

      Si ça te fait déjà peur à la base, c’est en effet mieux de ne pas y aller… pour le moment en tout cas! Il y a des gens fait pour et d’autres non =)

  • mai 2, 2014

    Flo

    Je ne suis jamais allée en Inde, mais ça ne m’attire pas du tout, pourtant les paysages ont l’air d’être magnifiques, mais tout le contexte (pression, chaleur, moiteur, nourriture épicée, pas trop de sécurité, etc.) me coupe toute envie. Et ton article, ainsi que les commentaires, me confortent dans cette idée.
    Je suis désolée que ce voyage ait été traumatisant pour toi :/

    • mai 2, 2014

      Claire TL(r)C

      Tu as bien raison, profitez plutôt du Canada ^^

      On est allés à Vancouver en 2012 et depuis on a envie d’y retourner et de visiter le reste de la Colombie-Britannique…

  • mai 4, 2014

    Mali

    J’ai rencontré une couchsurfeuse qui a vécu en inde et c’est un pays magnifique mais la culture y est quand mÊme spéciale

    • mai 4, 2014

      Claire TL(r)C

      Moui, c’est surement magnifique quand tu arrives à faire abstraction d’un sacré paquet de chose ^^

  • Bonjour,
    On rentre tout juste d’Inde et nous avons aussi ressenti ce que tu décris mais dans une bien moindre mesure, peut-être par ce que nous sommes 2 garçons… Pour nous, l’Inde nous a fascinée. Nous avons voyagé de Delhi à Agra puis avons fait le tour du Rajasthan en 18 jours. C’est vrai que les rencontres, et il y en a eu énormément, s’enchaînent. Ca a été justement pour nous l’occasion d’échanger sur leur mode de vie, leur culture, leur façon de pensée surtout que le pays est en pleine période électorale. Il y avait du coup vraiment de quoi échanger. Les photos avec les indiens, il y en a eu beaucoup aussi mais ils nous prenaient et on en profitait pour les prendre aussi ! Les regards permanents, on a connu aussi, surtout que l’un de nous 2 est blond. On a donc vu toutes ces rencontres de façon positive et constructive car ça a facilité les échanges avec les locaux, toujours prêts à nous donner des bons plans.
    Visiter l’Inde en indépendant, c’est se mettre à nu. Pour nous, c’est vraiment ce qui nous a plu dans ce voyage. La preuve, on a vraiment hâte d’y retourner.
    On parlera de tout ça sur notre blog voyage très prochainement.
    Franck et Richard

    • mai 6, 2014

      Claire TL(r)C

      Contente que ça vous ai plu!

      Moi j’ai vraiment eu trop de mal avec cette impression d’être épiée en permanence et l’insécurité que j’ai ressenti, en rapport avec le fait que je sois une femme. L’âge ne doit pas aider non plus, on ne doit pas vivre la même expérience à 23 ans (l’âge que nous avions au moment du voyage) ou à 40.

      J’ai quand même hâte de lire votre récit, histoire d’avoir un autre point de vu =)

  • mai 6, 2014

    Adeline

    J’ai aimé l’Inde, avec des hauts et des bas mais surtout des hauts. Avant de partir on m’avait dit de commencer par l’Inde du sud, plus facile à aborder et c’est ce que j’ai fait. J’y ai passé plus d’un mois avant de monter vers Delhi et détester cette ville. Le nord est plus difficile à aborder pour une fille seule, je m’y suis aussi bcp moins sentie en sécurité et plus d’arnaques aussi.
    je recommande vraiment de commencer par le sud, les gens sont plus souriants, plus abordables.
    Mon voyage là-bas date d’il y a 4 ans. Même si j’y ai passé de très bons moments, j’ai dû le digérer, ce n’est pas un voyage comme les autres. Aujourd’hui je me sens enfin prête à y retourner.

  • mai 15, 2014

    Laurent

    Je fais partie de ceux qui adorent voyager en Inde. J’ai dû y passer 7 mois en cumulant plusieurs voyages. Mais ça ne m’empêche pas pour autant de comprendre, je pense, assez bien ton ressenti. L’Inde n’est pas un pays facile et le côté ça passe ou sa casse existe bel et bien. Le choc culturel y est plus fort qu’ailleurs, et c’est justement ce qui m’attire là bas, cette impression de perdre pied, de me retrouver dans un chaudron, que mes repaires habituels n’y aient plus vraiment de sens. Mais c’est mon ressenti et il n’y a aucune raison qu’il en soit de même pour tout un chacun.
    Mais j’ai en tout cas envie de te remercier grandement pour la manière dont tu présentes les choses. N’importe qui qui est allé en Inde peut le comprendre. Les personnes qui ont mal vécu un voyage en Inde publient le plus souvent des billets sans vraiment de recul sur le sujet et généralisent un peu à outrance ce qui n’est au bout du compte qu’un ressenti très personnel. C’est donc tout à ton honneur d’avoir su prendre du recul et d’en parler. Navré que ce voyage ait été si éprouvant moralement :-(

    • mai 16, 2014

      Claire TL(r)C

      Merci pour ce commentaire =)

      Il faut dire que j’ai quand même mis plus de 2 ans à réussir à digérer ce voyage et à en parler… Je l’ai très peu raconter parce que je ne savais pas réellement quoi en dire. Je ne voyais pas l’intérêt de raconter quelque chose sans le faire de manière posée et raisonnable. En tout cas ça m’a fait du bien de « vider mon sac » et de réussir à poser des mots sur cette expérience. J’arrive maintenant à me dire qu’un jour j’y retournerais peut-être pour conjurer l’échec!

  • mai 16, 2014

    Piotr

    Je crois que les hommes et les femmes ne vivent pas la même expérience ni la même pression.

    • mai 19, 2014

      Claire TL(r)C

      Je pense aussi. Forcément les hommes et les femmes ont des places tellement différentes dans la société Indienne qu’on le ressent en tant que touristes, que ce soit dans la façon dont on est regardés ou dans le regard que nous posons sur eux.

      Deux femmes qui voyagent seules leur semble quelque chose de totalement incroyable. Lorsque nous avons décidé de repartir la mère de la famille qui tenait l’hôtel où nous étions nous a dit « revenez, mais avec des hommes, ça se passera mieux »…

  • mai 24, 2014

    lialia

    L’Inde restera l’une de mes frustrations car je suis une personne hypersensible et ton récit me conforte dans l’idée que ce pays n’est pas pour moi. :-)

  • mai 27, 2014

    Le monde m'appartient

    Merci de partager tes impressions et de prendre sur toi pour partager ce récit.
    Autant ce pays et les beautés que j’en imagine me fascinent, autant le choc culturel me bloque… C’est dommage mais je me dis qu’il y a d’autres pays à visiter avant du coup…

    • mai 28, 2014

      Claire

      C’est ce qu’il faut se dire, même si le voyage est fait de découverte et d’apprentissage, il faut que cela reste un plaisir!

  • juin 2, 2014

    elodie

    Bonjour,

    Je suis également allée en Inde en août 2014. Ce fut le mois le plus long de ma vie. J’avais peur de sortir de l’hôtel, je ne savais même pas que je pouvais devenir agressive comme ça, mais le regard et le comportement des hommes envers moi et ma copine m’a rendu « folle ». Je ne mangeais plus (-10kg en 1 mois). Il me tardait de rentrer a cause de cela, ceux qui ne l’ont pas vécu ne peuvent pas comprendre, comme mon copain qui pensait que j’exagerai quand je l’appelai en pleurs !
    Je te comprend très bien ! Mais min goût pour le voyage est quand même resté intact !

    • juin 2, 2014

      Claire

      Bonjour Élodie! Je ne sais pas ce qu’il se serait passé si j’avais décidé de rester les 3 semaines prévues au lieu de partir au bout de 10 jours… Peut-être que je me serais enfoncée, peut-être aurais-je réussi à surmonter tout ça. Je ne le saurai jamais!

      As-tu pensé à partir?

  • juin 2, 2014

    Rahul

    Bonjour,
    Je suis tombé sur ton blog via un commentaire que tu as posté sur le harcèlement de rue. Harcèlements qui malheureusement sont encore plus courants, banals et quotidiens qu’en France.
    En tant qu’homme, je n’ai pas eu tout à fait le même ressenti que toi, même si je me suis fait accoster un tas de fois, pour me proposer des babioles, de la drogue ou même des prostituées. On m’a insulté, menacé, volé, mais aussi très bien accueilli.
    J’ai bien accroché avec ce pays-continent. Dès le départ. Depuis c’est une vraie histoire d’amour. J’y suis retourné 5 fois depuis un premier voyage en 2008.
    Les conditions de mon premier départ ne sont pas identiques aux tiennes. J’étais avec un grand groupe d’amis pour une mission humanitaire, avec des contacts sur place qui nous ont bien briefé sur plein de choses. Nous avons passé quelques jours à Delhi avant de partir dans l’Inde rurale. Delhi n’est pas l’Inde comme Paris n’est pas la France. Beaucoup d’indiens détestent cette ville.
    Grâce à ce premier voyage, relativement protégé, j’ai eu les clefs pour repartir une seconde fois et aller plus loin. Puis une troisième fois. J’ai appris l’Inde comme j’ai appris à faire du vélo. Je m’y sens maintenant à l’aise, confortable. Je ne suis pas non plus béat et naïf sur ce pays qui n’est ni le meilleur et peut-être pas le pire.
    Quand je lis des témoignages comme le tien (ou comme celui d’amis et surtout d’amiEs), ça m’attriste. Parce que tout cela est vrai. Cette pression constante dans certaines villes. Ces regards curieux, sinistres, voire lubriques. Et la même question qui se pose en France : que faire ? Comment réagir ?

  • juin 3, 2014

    Alice

    Je comprends ton ressenti, et l’incompréhension de ton entourage.
    J’ai vécu le même genre d’expérience dans le sud de la Turquie il y a quelques années. Dans cette (magnifique) région limitrophe de la Syrie, très islamisée et très peu touristique, je me sentais un phénomène de foire, car les rares femmes que l’on voyait passer dans les rues étaient intégralement voilées, alors que penser d’une blonde non voilée qui voyage avec 3 hommes?
    Nous attirions les regards, les commentaires (« what you do here? »), les groupes de jeunes ou d’enfants, les « rabatteurs » dans les souks… mes compagnons de voyage ne voyaient pas le problème, mais moi je me sentais harcelée, étouffée, même si je ne craignais pas vraiment pour ma sécurité (il n’y avait pas trop de tensions dans la région et on ne parlait pas d’enlèvements à cette époque). Je me souviens être tombée en arrêt devant une immense terrasse de café où nous nous apprêtions à nous attabler, et avoir fait remarquer à mes compagnons que les dizaines de personnes attablées autour de nous étaient uniquement des hommes, et qu’ils nous regardaient. Ils n’avaient pas remarqué, puis ont minimisé, m’ont dit de ne pas y faire attention, m’ont prise pour une petite chose fragile… en tant qu’hommes ils n’avaient pas du tout le même ressenti.
    Me sentir illégitime à boire un thé en terrasse, à marcher dans la rue sans voile, à être une femme tout simplement dans ce milieu ultra masculin, ça a été le plus grand choc « culturel » (la culture a bon dos) que j’aie eu à vivre jusqu’à présent. Et pour cette raison je redoute l’Inde et je ne me sens pas prête à y voyager, même si ce pays m’attire depuis toujours.

    • juin 3, 2014

      Claire

      Ça ressemble pas mal, en effet ;-)

      Même si les richesses historiques et architecturales de l’Inde attirent forcément, c’est sûr que ce n’est pas forcément la bonne destination après une expérience difficile en Turquie… Le monde est plein d’autres beautés!

      Merci pour ton témoignage =)

  • juin 3, 2014

    @plainparatha

    Bonjour. Je vis en Inde (à Delhi) depuis 3 ans, certes bien protégé par mon entreprise mais j’ai beaucoup voyagé y compris dans des endroits reculés, en mode sac a dos et nuits a 250 roupies et avec ma partenaire. Je comprends et je respecte votre point de vue mais puisque vous encouragez le lecteur a donner de la contradiction alors je vous dirais que selon moi la responsabilité de ce rendez-vous manqué vous incombe également. Vous faites partie des gens qui n’ont pas réussi à se « decrisper » après leur arrivée et c’est dommage ! Encore une fois je ne dis pas qu’il n’y a pas de raison et en tant qu’homme je conçois que la perception est très différente, cela dit je vous prie de croire en mon experience dans ce pays, j’ai croise et discute avec un nombre tres important de touristes. Il y a beaucoup moins d’insecurite dans ce pays que dans beaucoup d’autres, on peut se balader (de jour) dans un bidonville le portefeuille a la main sans qu’il ne se passe rien et en respectant les regles basiques de securite et de presentation. Quant au fait qu’on est tres souvent sollicite pour des photos c’est vrai bien sur mais en tant que photographe amateur moi meme je me force à ne surtout jamais refuser, pester, etc. car j’apprécie le fait de pouvoir prendre les gens tres facilement ici sans risquer un coup de poing comme cela peut tres vite arriver dans nos « belles » et « propres » societes occidentales « modernes » rongées par la peur et l’agressivité. Voila merci pour votre témoignage, bien désolé pour vous – je vous invite à retenter l’aventure – mais je tenais a contre-balancer votre point de vue vous l’aurez compris. L’Inde est un pays qui marque car il oblige justement à faire un travail important sur soi meme avant de « voir le beau » comme j’ai maintenant l’habitude de dire. Bien a vous, JB.

    • juin 3, 2014

      Claire

      Je pense en effet que vous pointez quelque chose de très juste: en tant qu’homme il est parfaitement impossible de se mettre à la place d’une femme dans une société aussi inégalitaire. Je n’ai pas parlé de sécurité et de vol car en effet nous ne nous sommes rien fait voler et ce n’était pas ce qui nous faisais peur. En tant qu’homme je ne pense pas que vous connaissiez la peur du viol.

      Ensuite évidemment que la responsabilité m’en incombe également, même si je pense sincèrement m’être psychologiquement bien préparée à ce que j’allais trouver là-bas, la personne que je suis n’a tout simplement pas supporté ce choc, comme énormément d’occidentaux. J’en veux pour preuve le nombre de femmes qui ont commenté cet article en disant qu’elles aussi avaient très mal vécu leur voyage en Inde, pour des raisons similaires.

      Je suis également photographe amateur, comme vous avez du le remarquer si vous avez parcouru un peu le blog, et JAMAIS je ne me permettrait de prendre des gens en photos dans la rue en collant mon appareil à 60 cm de leur nez comme on me l’a fait en Inde. Jamais je n’attraperais quelqu’un par le bras ou lui barrerais le chemin pour l’obliger à se faire prendre en photo avec moi. Je ne vois pas bien le rapport entre ce genre de comportements et celui d’un photographe amateur.

      Il ne me semble pas non plus avoir fait de comparaison avec une « propre », « belle » et « moderne » société occidentale. Mon propos n’était pas de dénigrer la société Indienne ou d’encenser l’occident comme vous semblez vouloir le faire croire, mais de donner un point de vu personnel, réfléchi et modéré sur ce que j’ai vécu en Inde.

      Tant mieux si vous aimez ce pays, d’autres l’aiment et je les comprends, mais il n’est pas fait pour tout le monde et mal vivre l’Inde ne me semble pas être un défaut ou une honte.

  • juin 3, 2014

    coucou

    Bonjour.

    Le dernier commentaire, celui de @plainparatha, m’a gêné. Je ne sais pas trop en quoi, ni comment le dire, mais il y a qqchose qui cloche. Commentaire machiste ? Ou dénigrant ? Non, rien d’aussi évident, mais il y a un truc qui ne me plaît pas, et je ne sais pas comment le définir.
    En tout cas, l’accusation de n’avoir pas su se décrisper me parait vraiment injuste. Commentaire d’un homme jugeant une femme sans se poser de question sur la culture machiste et centrée sur l’homme dont il est issu. Et je me permets de dire cela car je suis aussi un homme issu de cette culture dénigrante pour la moitié de sa population.

    Pour revenir à l’article lui-même, j’ai pas mal voyagé avant la montée en puissance du web. Et l’Inde n’a jamais été une destination qui me tentait. Même en mettant de côté les problèmes de surpopulation et d’hygiène que l’on va forcément rencontrer sur place, il y a autre chose qui me gêne au plus haut point dans la culture indienne, et qui n’est même pas évoqué ici : le système des castes.
    Et je n’ai quasiment jamais rencontré d’indiens qui le remettent VRAIMENT en question. Ni d’occidentaux que cela perturbait. Et pourtant, c’est aussi horrible que l’apartheid en Afrique du Sud. Or là, tout le monde était d’accord pour le boycott. Mais pas pour l’Inde. Pourquoi ? Mystère et boule de gomme…
    En Inde, tout le monde fait avec, pour ne pas manquer de respect aux anciens de la famille, pour faire comme tout le monde, pour respecter leur culture millénaire. Au nom de tout cela, ils laissent faire, ou collaborent, à de véritables atrocités.
    Et venir en touriste dans ces contrées, c’est collaborer à ce système, le nourrir avec son argent et sa présence, en fermant les yeux au passage. En même temps qu’on ferme les yeux sur la place des femmes dans ce même système, qui ne sont pas beaucoup mieux loties.

    Mais bon, l’Inde fait rêver, avec sa spiritualité à fleur de peau pour oublier la misère omniprésente (je crois que c’était la même ferveur chrétienne au moyen-âge en Europe). J’ai même une copine qui y a voyagé seule pendant deux longs séjours, et qui en est enchantée. Donc le tourisme des occidentaux en mal de repères spirituels a encore de beaux jours devant lui. Toutes les expériences n’y sont effectivement pas malheureuses, et j’en suis d’autant plus désolé pour votre propre expérience, Claire.

    Pour finir, je ne suis pas d’accord avec le jugement d’échec que certains commentaires collent à votre expérience, ou que vous faites vous-même. Est-ce réellement un échec que d’avoir été trop humaine, trop sensible ? De ne pas avoir supporté autant de misère, de mortalité, de comportements déshumanisés (qui représentent la survie à l’état pur) ?
    Oui, nous sommes sûrement de riches occidentaux qui ne sommes plus habitués à un tel manque de civilité ou de cohésion sociale, peut-être trop raffinés pour supporter ce qu’ont vécu nos ancêtres il y a deux siècles ou plus. Et alors ? En quoi est-ce un mal ? J’aurai tendance à voir cela plutôt comme une évolution. Nos générations précédentes ont combattu pour que leur descendance vive dans de meilleurs conditions, et c’est une bonne chose. Il n’y a pas lieu de culpabiliser, si on pense à essayer d’aider les autres populations à s’en sortir aussi (en faisant attention à les respecter, pas à jouer aux colonisateurs), mais c’est un autre débat.
    Pour revenir à mon idée, peut-être pourriez-vous envisager que ce n’est pas un échec, que vous avez au contraire montré que vous avez atteint un certain degré de sensibilité et de civilisation (de raffinement ?) que vous ne barricadez pas derrière une cuirasse pour vous protéger des horreurs, et que vous pouvez donc exprimer avec moins de filtres.

    Bonne réflexion.

    • juin 3, 2014

      Claire

      Pour commencer par la fin, je ne le vis plus comme un échec, au contraire! J’ai testé et trouvé mes limites et j’ai appris beaucoup sur moi et sur qui était important à mes yeux dans la vie et dans le monde. Même si c’est difficile il ne faut pas fermer les yeux, et mettre à profit l’énergie que donne la révolte pour faire en sorte d’aider, de faire bouger les choses et d’être quelqu’un « de bien »!

      En effet, je ne suis pas d’accord, tout comme vous, pour fermer les yeux sur des pratiques discriminatoires sous prétexte qu’elles sont culturelles. Je parle bien sûr ici de la condition de la femme car c’est ce que j’ai le plus ressenti, n’étant pas directement concernée par le système de castes et n’ayant pas passé assez de temps en Inde pour m’en rendre compte de mes propres yeux.

      Ces deux problèmes se rejoignent malheureusement, j’en veux pour preuves les scandales d’inaction de la police qui viennent de nouveau de secouer l’Inde dans des affaires de viols de femmes « intouchables » par des hommes de castes « supérieures »…

      Je partage assez votre analyse du commentaire précédent. Certains hommes (et même des femmes…) ont du mal à se rendre compte et à admettre ce qu’implique encore au quotidien, même dans un pays soit disant égalitaire comme le notre, la non-égalité entre les hommes et les femmes. Il est évidemment impossible pour un homme de se mettre à la place d’une femme, comme l’inverse, mais un peu d’empathie ne fait jamais de mal ;-)

      Merci pour ce commentaire!

    • juin 3, 2014

      Laurent

      Je me permets de m’immiscer dans la discussion …
      Qu’un homme ne puisse pas se mettre à la place d’une femme et de ce qu’elle ressent en Inde (ou ailleurs d’ailleurs), c’est on ne peut plus vrai. On peut essayer de comprendre, mais le ressentir non, car on ne le vit pas.
      De la même manière, quand je lis « donc le tourisme des Occidentaux en mal de repères spirituels a encore de beaux jours devant lui », j’ai un peu l’impression que c’est au moins aussi réducteur non ? Comment peut-on être certain de savoir et comprendre ce qu’ont trouvé les Occidentaux qui ont voyagé de longs mois en Inde sans y être allé, j’ai peine à comprendre. Le biais est assez comparable non ? ;-) Tout n’est jamais tout noir ou tout blanc et s’il y a bien une chose que j’ai apprise en voyageant, c’est que le vécu dans un pays est le plus souvent très différent de l’image qu’on en a avant d’y aller. Je ne pense d’ailleurs pas à l’Inde en écrivant ça. Il y a de nombreux pays où ce contraste est encore plus criant.

      • juin 4, 2014

        coucou

        Je suis contradictoirement assez d’accord avec ce que vous dites. Car je ne parle pas de ce qui a été finalement trouvé.
        Je me suis mal exprimé, donc : jje voulais évoquer le fait que plus de 50% des occidentaux qui souhaitent aller en Inde sont à la recherche d’une « autre » spiritualité, ou d’une spiritualité plus « vraie », etc…
        L’Inde est donc d’abord une destination « spirituelle », dans les raisons qui motivent les gens à y aller.
        Ai-je mieux exprimé la chose ?

        • juin 5, 2014

          Laurent

          Oui cher Coucou, c’est mieux :-) Mais je ne suis pas certain que l’Inde soit avant tout une destination spirituelle. Les Occidentaux qui trouvent qu’en Inde, tout est tellement cool et génial et tout et tout, j’en ai rencontré quelques-uns, ce n’est pas un mythe, ils existent en effet. Cela dit, on les trouve essentiellement à quelques endroits plutôt limités : Manali, Goa, Dharamsala, Rishikesh … etc. Ailleurs, ils sont en fait peu nombreux. Je n’ai pas de statistiques, juste une impression, mais ils sont tout de même largement minoritaires.
          On va dire que le propos m’a un peu chatouillé (rien de méchant ;-)), car je compte parmi les personnes qui entretiennent une relation on va dire un peu spécial avec ce pays. J’y ai voyagé plus et plus longtemps qu’ailleurs, mais la spiritualité et moi, ça fait deux :-( Les raisons qui me font aimer voyager en Inde sont complexes. L’Inde est un pays qui divise (il n’y a qu’à lire les commentaires de ce billet !), car il nous déstabilise. Certains n’aiment pas, c’est le cas de Claire qui nous l’explique d’une manière que je comprends donc tout à fait. Au contraire, d’autres y trouvent quelque chose, un contacte, un vécu qu’ils ne trouvent pas ailleurs, nul besoin de spiritualité pour ça. Les deux points de vue sont respectables, je pense.
          D’autre part, aimer voyager dans un pays ne veut pas dire accepter tout ce qui s’y passe, sans quoi j’aurais dû renoncer à plus de ma moitié des pays que j’ai eu la chance de visiter. Essayer de comprendre quelque chose n’est pas l’accepter, ce sont deux processus très différents.
          Le terme final de « civilisation » me gène également un peu. Je ne pense pas que l’on soit moins civilisé, moins raffiné parce qu’on aurait réussi à encaisser le choc de ce qu’on peut voir en Inde. On peut réussir à l’encaisser sans nécessairement se barricader. Se barricader est en effet une solution face à la misère, mais ce n’est pas la seule. Regarder les autres, aussi miséreux soient-ils, leur sourire, c’est également leur rendre une part de leur dignité. De nombreux SDF, en France et ailleurs, vivent très mal le simple fait que quand ils font la manche dans le métro (ou ailleurs), pratiquement tout le monde regarde ses pompes, ils n’existent plus, ils ont perdu leur dignité.
          Le voyage de Claire n’est évidemment pas un échec. Il n’a pas répondu à ses attentes, mais comment le savoir à l’avance. Chacun a des attentes différentes quand il voyage et c’est bien normal. Au fond, si tout le monde aimait la même chose, quel ennui ! Moi le premier, il y a des choses pour lesquelles je n’arrive pas à m’adapter, elles sont simplement différentes.
          Un débat sans fin l’Inde … ;-)

  • juin 3, 2014

    gerardautourdumonde

    Bonjour,

    Un peu par hasard, un peu par nostalgie et un peu par provocation, je me permets de mettre mon grain de sel dans ce post.
    Il y a un an, j’ai terminé mon tour du monde en solo en Inde. Avant d’y aller, tout mon entourage me stressant en m’envoyant mails et messages pour me prévenir des nouvelles horreurs passées en Inde, j’ai commencé à avoir un peur d’y voyager seule, en tant que femme blanche, longue et blonde. J’ai eu la chance de rencontrer un autre voyageur à l’aéroport et de partager presque l’intégralité du voyage avec lui. Il est donc vrai que mon expérience n’est pas la même que si j’avais voyagé seule… mais tout de même… Je me suis souvent baladée seule, je suis restée 2 jours à Delhi toute seule et je n’ai jamais eu le moindre ennui alors que j’ai arpenté la ville comme j’ai eu l’habitude dans le monde entier: musées, visite, bus, métro, marche le long des routes, shopping, marchés, parc, restaurant, marchandages, henné dans la rue, office de poste , tuk-tuk, cours d’hindi improvisé dans la rue, sortie le soir en bar…
    Je garde, contrairement à beaucoup, un image extrêmement positive des indiens, je les vois comme de gens respectueux, polis, avenants et serviables. Bien sûr, ils sont curieux et n’ont pas la même gêne (ou « respect ») que nous vis-à-vis de l’espace privé, mais il ne faut pas l’interpréter comme de l’irrespect. J’ai eu également de nombreuses discussions avec des jeunes indiens éduqués qui s’excusaient pour les scandaleuses agressions causées par leur semblables. Eux-mêmes souffrent de cette réputation, que je trouve non-méritée car la grande majorité des gens rencontrés on fait mentir cette idée.
    D’après ce qu’on m’en a dit (par des indiens) et d’après mon observation, l’attitude désagréable voire insultante de certains indiens est souvent liée à un manque d’éducation. Les endroits en Inde où il y a les plus de problèmes, ou alors d’où viennent les agresseurs sont également les endroits les plus pauvres, les plus corrompus et où le taux d’illettrisme est le plus élevé. J’ai conscience d’aller sur un terrain glissant en émettant cette idée, mais j’ose tout de même faire poser la question de l’origine sociale et de l’éducation des agresseurs habituels. Inde ou France, même constat ? Il faut avouer qu’il est tout de même plus rare de se faire harceler par un avocat dans le 8ème que par un mec qui zone à St Denis. De même, en Inde, vous aurez peu de chance de vous faire agresser par un mec qui a un Master universitaire ou une Guest house à Manali, une femme et 2 enfants. Bien sûr, je ne veux pas stigmatiser une quelconque population, au contraire, j’essaie de comprendre et d’imaginer qu’avec une réelle sensibilisation et une éducation à ce genre de problèmes (auprès du vrai public concerné !) on puisse aller vers une amélioration…

    J’ai vraiment beaucoup réfléchi au sujet de l’Inde. Pourquoi l’Inde fait-elle cet effet sur certaines personnes ? Est-ce dû au pays ? à sa politique ? à ses habitants ? ou à ses visiteurs ? Un peu de tout ça sans doute… Je pense qu’il faut être prêt à aller en Inde, prêt à faire cette expérience, à élargir massivement sa zone de confort et de tolérance. J’avoue aimer repousser ma zone de malaise, en faire comme un ennemi personnel qu’il faut combattre pour devenir plus fort, plus libre. Pour des raisons que j’ignore, les gens qui ont peur, qui sont mal à l’aise sont généralement des cibles plus faciles et ont plus souvent de mauvaises expériences, comme si la peur attirait le danger. Au contraire, j’ai l’impression qu’en se convaincant qu’on est fort et que rien ne peut nous arriver on évite les situations de danger. Attention à ne pas confondre avec de la naïveté ou une trop grande confiance en soi. Cette attitude assurée DOIT TOUJOURS être accompagnée d’un esprit alerte comme un radar prêt à réagir au cas-où. Ainsi, je dois dire (peut-être ai-je également de la chance, mais pas que…) que partout où je sois allée, avec cette attitude (j’ai aussi habité 2 ans dans les quartiers populaires du 18ème parisien) je n’ai jamais eu d’expériences traumatisantes

    Bref, pour revenir à l’Inde, je pense qu’on peut y aller. Je pense même qu’il FAUT y aller. Avec des yeux et un coeur grand ouvert mais l’esprit aux aguets ! Il ne faut pas comparer l’Inde à un autre pays, à d’autres coutumes. L’Inde est unique et magique, il faut juste la comprendre et l’apprivoiser !

    Oh la la, je suis désolée pour ce pavé, je suis terrible ! Je voulais juste écrire un peu et vous voilà avec un texte indigeste. Bon, en même temps, celui-ci te fera moins de mal qu’un Tikka Masala pas très frais ! ;)

    • juin 4, 2014

      Claire

      Nous n’avons en effet pas du tout vécu la même chose. Personnellement c’est justement en dehors des villes, dans les zones les moins touristiques et avec les Indiens les plus pauvres et les moins éduqués que je me suis sentie le plus à l’aise. Oui, ils étaient curieux, mais de façon extrêmement positive, n’avait rien demandé ni à vendre et surtout n’avait aucune idée préconçue sur les femmes européennes.

      Comme je le disais dans un article, je n’ai jamais eu le sentiment d’être une petite chose faible. Je suis sûre de moi, je sais m’imposer, j’ai du caractère et j’avais l’habitude de voyager (étant partie seule à l’étranger pour la première fois à 17 ans). J’avais tout entendu sur ce pays, lu beaucoup de récit de voyageurs et voyageuses, et partais sûre que j’allais pouvoir gérer en étant prudente. Ça ne m’a pas empêchée de me sentir extrêmement mal dans ce pays.

      D’ailleurs j’habite dans un quartier par forcément très classe de Paris et je ne me suis jamais fait agresser. Et quand on me fait des remarques déplacées, je suis du genre à leur dire d’aller « se faire foutre ». Je ne suis pas une « victime ».

      Sinon, pour vivre avec un officier de police qui enquête régulièrement sur des agressions sexuelles et des viols je peux dire une chose: il n’y a pas de corrélation, en France, entre le « niveau d’éducation » et la commission de ses faits. Et non, le mari et père de deux enfants n’a pas moins de risque d’être un agresseur. Tout comme statistiquement les violences familiales ne sont pas l’apanage des « pauvres ».

      Je suis tombée malade avec un plat « à l’européenne », c’est ça le plus bête de l’affaire ;-)

  • juin 4, 2014

    eloyp

    Je suis allé en Inde un mois en 2010 et je comprends complètement ton point de vue.
    J’étais allé au Népal 2 ans avant et je précise que ça n’a rien à voir, le pays est plus pauvre et il faut négocier tout le temps mais moins qu’en Inde, on te saute moins dessus, et tu te sens beaucoup moins épié, et les gens sont globalement bien plus sympathiques. Après, à Kathmandu tu as plus de pression mais ça reste très acceptable et tu ne te sens pas en insécurité même quand ça parait glauque. Et dans d’autres villes c’est vraiment paisible et très sympa au niveau de la population. J’ai fait le trek du tour des Annapurnas aussi là-bas et les gens y sont chaleureux.

    Pour l’Inde globalement, je n’avais jamais vu un tel niveau de sans gêne, de regards malsains sur les femmes, de regards agressifs et ultra insistants sur les hommes (moi et mon pote avec qui j’étais parti, on s’est fait la réflexion, j’avais parfois l’impression d’être un noir au milieu d’une bande du ku klux klan), de manque de savoir vivre (jamais un bonjour jamais un merci, pousse toi dla que jmy mette jte charge comme un éléphant, et bien d’autres…), d’obligation de lutter comme un dingue pour obtenir le moindre service ou article à un prix réel local, d’obligation de se faire engueuler pour le doute émis devant des arnaqueurs qui se proclament office du tourisme ou autre et qui brandissent de faux documents officiels pour essayer d’appuyer leur supercherie, de dire non à tous les enfoirés qui veulent te rendre un service gratos pour mieux t’emmener dans la boutique à arnaques de leur pote, d’obligation de mettre une tarte aux gosses qui viennent te faire les poches (eh si malheureusement, c’est ça où se fait dépouiller), d’obligation de payer 100 fois plus cher les sites touristiques si t’es pas indien, d’obligation de s’énerver à en venir aux mains pour faire dégager les vendeurs à la sauvette qui te suivent comme les moustiques qui ont le palu là-bas, ou faire dégager les mecs autoproclamés guides touristiques dans chaque truc que tu visites, de dire non aux mecs sortis de nulle part qui te demandent de t’acquiter d’une taxe de visite pour avoir gardé tes pompes quand tu visites une mosquée, de dire non au mec qui vient de te montrer où faire de belles photos genre c’est ton ami alors qu’il veut juste que tu lui lâches un énorme paquet de blé pour ça après,… j’ai de quoi écrire un un bouquin si je continue.
    Le meilleur pour la fin cela dit : tu peux choper la rage comme un français qu’on a croisé qui était dans la même chambre insalubre (niveau squatt crado quoi) en face de la nôtre et qui a eu la malchance de se faire bouffer la jambe par un clebs dans la pénombre en bas de l’ « hôtel » lors d’une panne d’éléctricité subite en pleine nuit. Je précise que même si on est vacciné, sans injections dont la première dans les 24h, c’est mort garantie à 100%. A l’hosto il a été allergique au premier test d’injection et il a dû revenir, également, ils voulaient le recoudre alors qu’il ne faut surtout pas dans ce cas, et pour l’examiner ils l’ont embarqué dans un pièce blindée de sang partout comme s’ils venaient d’avoir tué quelqu’un. Ca fait rêver non ?

    Bon sinon il y a de très beaux trucs à voir niveau architectural ancien, niveau naturel selon là où on va, et certaines personnes sont très sympas, mais on ne peut jamais s’empêcher de sentir que c’est intéressé la grande majorité du temps.
    Je précise que j’ai connu en France d’autres indiens qui venaient d’arriver et venaient d’autres coins en Inde et qu’apparemment ça n’est pas partout comme ça là-bas, fiouuuu heureusement !!
    Moi aussi, c’est le seul pays où j’ai abandonné une visite tellement j’étais soulé, et où j’ai été pressé de rentrer. Et pourtant je suis capable d’en supporter pas mal avant de devenir dingue et être blasé à ce point là…

    Je vous épargne les très nombreux autres détails de grosses emmerdes et grosses joies que j’ai eues sur place, ça serait vraiment long. Au moins, c’est sûr quand on va en Inde, on en revient avec des choses à raconter, c’est un point positif…

    • juin 4, 2014

      Claire

      Pour ce qui est de l’argent et des prix, je ne suis pas d’accord. J’ai trouvé ça parfaitement normal (et c’est le cas dans d’autres pays), de payer plus cher que les locaux. Nous n’avons pas le même niveau de vie et cet argent sert à entretenir les monuments que l’on visite. En plus, même en payant beaucoup plus cher, le prix reste abordable.

      Personnellement j’étais d’accord pour payer un peu plus cher pour tout, mais pas pour me faire complètement enflée et surtout si cela était fait avec une mauvaise foi incroyable (comme pour les faux office du tourisme). Dans les villes très touristiques, l’arnaque du touriste est un vrai business organisé, et c’est ça qui est gênant pour moi..

      Pour ce qui est de la santé, votre voisin n’a quand même pas eu de bol, car dans les villes les hôpitaux Indiens sont parait-il tout à fait correct, voir bon. (je ne parle bien sûr pas du dispensaire du coin, malheureusement pour eux…) Mais comme j’ai eu la chance de ne pas tester, je ne peux pas en parler ;-)

  • juin 4, 2014

    Isa

    Bonjour,
    Mon expérience de ce pays rejoint celle de Gerardautourdumonde. Je suis allée deux fois en Inde ces dernières années: une fois pendant un mois, pour faire du volontariat avec un organisme canadien, et une autre fois pendant trois semaines, avec mon mari et mes deux filles de 6 et 8 ans. Lors de ce dernier séjour, j’ai voyagé seule pendant une semaine pour faire des reportages (je suis journaliste), dans des régions agricoles et industrielles peu fréquentées par les étrangers.

    J’ai rencontré en Inde des gens d’une gentillesse extrême. Plusieurs étaient très curieux à notre égard, mais jamais je ne me suis sentie harcelée. Il faut dire que j’ai beaucoup voyagé à l’extérieur des régions touristiques. Les gens qui nous abordaient étaient sincèrement intéressés à échanger avec nous, mais n’avaient rien à nous vendre – et dans les campagnes, les appareils photo sont moins répandus!

    Je me suis prêtée plusieurs fois au jeu des photos, avec humour. Je suis rousse, et on faisait parfois la queue pour poser à mes côtés. Mais je peux vous dire que ma popularité ne pouvait rivaliser avec celle de mes deux filles, qui se faisaient arrêter dans la rue pour un cliché, et n’appréciaient pas toujours ces interruptions. Pour avoir voyagé en Chine avec elles lorsqu’elles étaient encore plus jeunes, je peux vous dire que c’était encore pire là-bas!

    Cependant, voyager avec des enfants nous attirait beaucoup de sympathie et nous a ouvert bien des portes, ce qui a certainement contribué à la réussite de notre voyage.

    Bref, l’Inde n’est pas pour tout le monde. Je me suis habituée rapidement à l’attention dont j’étais l’objet, à la nécessité de négocier tous les achats, à l’extrême pauvreté (même si on ne peut jamais vraiment s’y faire…), à la chaleur, au chaos… Mais mon mari a beaucoup moins apprécié son voyage, cependant.

    J’ai parcouru 7 autres pays d’Asie, toujours avec ma petite famille, et il est vrai que l’Inde fait partie des destinations les plus difficiles. Le Népal, dont la culture a beaucoup en commun avec l’Inde, est déjà un pays plus accueillant pour les voyageurs. Sinon, la Thaïlande et le Laos permettent une introduction plus en douceur à ceux qui découvrent l’Asie pour la première fois.

    Mon blogue, sur nos huit mois en Asie du Sud-Est, pourrait peut-être vous aider à préparer votre prochain voyage!
    http://baguettesenlair.blogspot.ca

    • juin 4, 2014

      Claire

      Je vous rejoins sur une chose, c’est dans les zones les moins touristiques et auprès des Indiens les moins habitués à voir des touristes, que nous avons trouvé le meilleur accueille et les gens les plus agréables, à la curiosité très positive (et réciproque!).

      Nous avons rencontré un couple avec deux enfants à Bundi, dont l’expérience semblait bien plus positive que la notre! Le regard n’est pas du tout le même que sur deux jeunes femmes voyageant seule… J’étais de plus impressionné par la capacité des enfants à absorber le choc culturel, la différence de nourriture, la chaleur, … Tout semblait glisser sur eux =)

      Je pense que lorsque je retournerai en Asie ce sera en effet dans un pays comme la Thaïlande, le Loos, le Cambodge, … Merci pour le lien!

  • juin 5, 2014

    Lucile

    Chère Claire,
    ayant vécu un an en Inde, je suis très touchée par ton message et ton témoignage fait malheureusement écho à l’expérience de beaucoup de femmes ayant visité ce pays incroyable (« Incrrredible India », right ?), moi y comprise.

    J’ai eu la chance de vivre dans une petite ville, plus à l’écart des mégapoles tentaculaires, leur surpopulation et leur circulation démente, mais où que l’on se trouve je crois que l’Inde reste un pays où tout est poussé à son extrême ; le climat, le bruit, la saleté, la pauvreté et j’en passe.
    C’est aussi un pays où j’ai découvert des endroits sublimes et des personnes qui m’ont profondément marquée, des projets enthousiasmants et une cuisine paradisiaque pour la végétarienne que je suis !

    Mais j’ai aussi experimenté le plus pénible malaise de ma vie en tant que femme non-mariée (et occidentale, même si les Indiennes en sont elles aussi victimes, nous sommes perçues là-bas comme totalement dépravées de par la culture libre dans laquelle nous vivons) avec des regards pesants et même à plusieurs reprises des attouchements de la part d’hommes Indiens. Plusieurs amies ont été victimes d’agressions et j’y ai moi-même échappé de très peu.
    J’ai été suivie jusque chez moi quasiment tous les soirs pendant 6 mois. Le sentiment d’angoisse et d’insécurité que ça a provoqué chez moi m’ont convaincue que ça ne servait à rien d’insister ; j’ai à regret mis terme à mon contrat et je suis rentrée en France.

    Je garde de cette expérience une peur qui me laisse toujours sur le qui-vive lorsque je me déplace seule, où que je sois dans le monde, y compris en France, et pour ça je suis vraiment furieuse : en tant que voyageuse et farouchement indépendante, ça me rend dingue de devoir craindre pour ma sécurité constamment !
    J’espère sincèrement que les mentalités changeront, beaucoup de gens courageux y travaillent déjà, notamment l’association Jagori via des vidéos simples et bien faites : http://mesindiennes.blogspot.com/2011/12/jagori.html
    Chez nous aussi, il y a encore beaucoup de boulot malheureusement !

    Bref, pour conclure je dirais de l’Inde que c’est un pays absolument fascinant qui a énormément à offrir, mais je ne le conseillerais pas à tout le monde, et certainement pas à une femme seule (idem pour le Sri Lanka). Et je prodiguerais le conseil que l’on m’avait donné alors que je rêvais déjà de l’Inde à mes 20 ans : commencer par un pays « plus cool » en Asie avant d’aller en Inde !

    Lucile

    PS : En lisant ton message je me dis aussi que ton expérience vue à travers le prisme « malade comme un chien » ça n’aide pas non plus; je sais à quel point on peut se sentir faible et vulnérable lorsqu’on est malade dans un pays étranger ! Pour info mon unique intoxication alimentaire après une année passée en Inde était dans une chaîne de boulangerie pseudo-française…!

    • juin 5, 2014

      Claire

      Bonjour Lucile et merci pour ton commentaire!

      C’est déjà incroyable d’avoir tenu 6 mois dans ces conditions, je pense que tu peux être rassurée sur ta force de caractère et ton courage =) Je crois que c’est ce que cette expérience, et surtout le fait d’en parler et d’avoir autant de retour ici, m’aura appris: mal vivre quelque chose, se rendre compte que ce n’est pas fait pour nous, n’est pas un échec! C’est apprendre à connaitre ses limites et avoir la force de dire stop.

      Je comprends parfaitement ton ressenti, même en 10 jours j’ai aussi rencontré des gens touchant, vue des choses magnifiques et touché un peu du doigt ce que certain arrivent à trouver en Inde… mais cela n’a pas pu « compenser » le malaise que j’ai ressenti en tant que femme, l’écœurement et la rage qu’on provoqué en moins les regards et l’impression d’être une moins que rien, une quantité négligeable et un objet sexuel.

      Ce qui est positif, c’est que désormais je sais que l’égalité (homme-femme mais pas que!) est un combat important pour moi! Il faut transformer cette expérience en quelque chose de positif.

      J’espère que tu vas réussir à reprendre confiance en toi mais aussi et surtout en les autres!

  • juillet 9, 2014

    Marion Wyss

    Je découvre votre blog avec plaisir, mais lis avec tristesse vos mésaventures indiennes… Pour ma part, j’ai découvert l’Inde en 2012 (j’avais 24 ans), et m’apprête à y retourner pour la 4ème fois cet automne. J’y suis allée avec un ami d’enfance, ma petite sœur et seule. Pour seulement 3 semaines à chaque fois, mais le sentiment qui m’envahit quand je suis sur cette terre est toujours le même : je me sens là où je dois être. Là-bas, je vois ce que vous décrivez : l’insistance des regards masculins, les photos volées, les hommes immobiles au sol dont on se demande s’ils sont vivants ou morts… Je les vois mais ne les laisse pas m’atteindre. Je ressens une certaine magie et regarde les gens avec fascination, sans toutefois oser leur parler…
    Peut-être ai-je commencé par une partie du pays plus « facile » pour des occidentales (Inde du Sud) ? Je vous souhaite en tous cas de jolis futurs voyages. Marion

  • août 9, 2014

    stephanie

    je suis une femme et j’avoue etre surprise par vos réactions en tout point excessives
    je n’ai jamais ressenti ce malaise en Inde et je n’ai jamais rencontré de femmes ayant eu ce genre de réactions…tre pesant mais on s’y habitue..
    désolée de vous dire cela mais je pense que vous avez un probleme d’adaptation

    • août 9, 2014

      Claire

      En tout point excessives? C’est peut-être votre commentaire qui est excessif =)

      Si vous prenez la peine de lire les nombreux commentaires sous cet article vous verrez que je ne suis pas la seule à avoir eu ce ressenti dans ce pays.

      Je comprends que vous puissiez aimer ce pays et vous y sentir bien mais cela n’a pas été mon cas, c’est tout.

  • août 10, 2014

    Stéphanie

    Effarant. ..d’abord je me permet de vous dire que j’ai lu tous les commentaires et sue tous ne vont pas dans votre sens
    J’ai fait lire votre blog à plusieurs amies ayant été en inde y compris une y ayant vecue un an
    Toutes sont dubitatives …Certaines phrases dans vos propos sont vraiment effarantes on s’attend presque à lire des choses du style : la vie continue, essayons de redonner un sens à la vie etc
    Certes il faut faire preuve de prudence en Inde mais il faut aussi faire un minimum de préparation
    Se faire prendre en photos est normal en Inde et croyez moi cela permet de tisser des liens très sympas surtout quand on fait la même chose avec eux
    Aucune de mes amies (soit 6 personnes) n’a connu ce genre d’expérience …alors posez vous des questions
    Les femmes seules voyageant en Inde sont nombreuses et tout se passe bien …un caractère ferme aide effectivement
    Bon continuez à faire votre deuil puisque c’est l’impression deroutante que vous donnez

    • août 10, 2014

      Claire

      Bonjour Stéphanie,

      La réponse de Miladj (merci à elle) était plus que complète je vais me contenter d’ajouter quelques mots:

      Si vous avez aimez l’Inde, si vos six amies ont aimé l’Inde, tant mieux pour vous et pour elles. Cela ne change en rien ce que moi, et d’autres ayant commenté ici, y ont vécu. Les autres personnes ayant aimé ce pays et commenté ont été capable de recul et de compréhension, comme je l’ai fait, ce qui est loin d’être votre cas.

      Si vous prenez de manière aussi violente et personnelle mon simple avis sur ce pays, c’est vous que cela concerne. Il serait peut-être bon que vous vous posiez des questions sur les raisons qui vous poussent à être aussi désagréable et à la limite de l’insulte. Je ne vous permettrai pas de remettre ainsi en question les personnes qui ont mal vécu leur séjour dans ce pays et de vous attaquer sans les connaitre (et sans me connaitre) à leur personne.

      Je vous souhaite une bonne continuation mais ne publierai plus vos commentaires, qui n’apportent rien au débat à par votre mépris des gens qui ne pensent pas comme vous. Si vous avez par contre des remarques constructives, si vous voulez expliquer pourquoi vous avez aimé ce pays et pourquoi vous vous y sentez bien, vous êtes évidemment la bienvenue.

    • août 10, 2014

      Laurent

      Je ne saurais que trop conseiller aux personnes qui ne comprennent pas que l’Inde peut susciter des réactions un peu extrêmes de lire « Fous de l’Inde » de Régis Airault. Régis Airault est un psychiatre qui a travaillé pas mal de temps pour l’ambassade de France en Inde. Il décrit des cas de personnes pour qui l’Inde a causé des réactions extrêmes (rien à voir avec ce que Clair décrit ici, mais du puissance 100). Ça n’était pas toujours une répulsion du pays, parfois même plutôt l’inverse, mais à des degrés tels qu’il fallait parfois rapatrier ces personnes. Mais la cause reste la même, un choc culturel intense.
      Bref, aimer l’Inde et s’y plaire est une chose (je compte au rang de ces personnes), ne pas comprendre que chacun réagit différemment en est une autre.

      • août 10, 2014

        Claire

        Merci Laurent pour ce commentaire constructif! J’ai beaucoup entendu parler de ce livre et il faudra que je le lise =)

        J’ai supprimé un autre commentaire particulièrement agressif et insultant de cette personne, je pense qu’il n’est pas nécessaire de perdre son temps avec des gens aussi bêtes =)

  • août 10, 2014

    Miladj

    C’est intéressant comme une porte qui a été ouverte au détour d’un commentaire permet un courant d’air de plus en plus important…

    Claire écrit « Ceci est évidemment un ressenti personnel, je ne suis pas là pour vous dire que l’Inde est un pays atroce où vous ne devez surtout pas vous rendre. Il y a des gens qui adorent, même des femmes seules, mais moi je l’ai très mal vécu alors que je ne m’étais jamais considérée comme quelqu’un de particulièrement vulnérable. »
    Sur son blog. A elle.
    J’ai relu l’article, et je comprends que certaines personnes puissent être heurtée par les propos de Claire, tout simplement parce qu’ils ont suffit à me mettre mal à l’aise, ayant un à priori négatif sur ce pays.
    (Hé oui, j’ai un à priori négatif, traitez-moi de raciste)
    Mais ne faut-il partager que les choses positives ? Ne peut-on avoir besoin aussi -surtout ?- de parler de ce qui nous a déplu, perturbé ?

    Claire nous livre ses ressentis sans nous obliger à les partager.
    Mais ça n’est pas parce que vous ne partagez pas ces ressentis que c’est à elle de se poser des questions. Ou que ce soit à qui que qui que ce de se poser des questions d’ailleurs.

    Stéphanie vous dites que l’Inde est un voyage qui nécessite de la préparation.
    On peut donc se dire que Claire ne s’est pas assez préparée, oui, mais je vois mal comment on peut reprocher à quelqu’un de ne pas connaître quelque chose qu’il découvre, justement.
    De plus il faudrait être capable de savoir à l’avance la façon dont on va réagir, et se reposer sur cette certitude pour refuser une expérience.
    Ce qui me semblerait dommage personnellement.

    Encore une fois je comprends ce qui peut déranger dans cet article.
    L’article ne se veut pas du tout objectif, c’est une erreur de le traiter de cette manière.
    A mon sens cet article parle du ressenti de Claire, plus que du pays visité.
    J’y vois principalement un besoin/une envie de parler d’une mauvais expérience.
    Et oui, on peut être traumatisé(e) par quelque chose « d’aussi banal » ou « d’aussi sympa » qu’un voyage en Inde. Je doute que Claire se réveille toutes les nuits en larmes depuis cette expérience, mais ça n’est pas moins un traumatisme pour autant. La preuve : les mots qu’elle a utilisés pour en parler ont dérangé des gens.
    Peut-être que d’ici quelques temps elle nous livrera un récit au sujet de l’Inde avec + de recul, apaisée, s’étant rendue compte qu’elle en gardait aussi des choses positives qui valaient le coup d’être mises (ou remises) en lumière malgré tout.
    Enfin si l’envie lui reprend de nous parler à nouveau de l’Inde, vu qu’elle ne semble pas pouvoir en dire ce qu’elle veut sans se faire insulter…

  • août 10, 2014

    Miladj

    (Mal réveillée, le 3ème paragraphe était :
    « Claire nous livre ses ressentis sans nous obliger à les partager.
    Mais ça n’est pas parce que vous ne partagez pas ces ressentis que c’est à elle de se poser des questions. Ou que ce soit à qui que ce soit de se poser des questions d’ailleurs. »)

  • août 10, 2014

    Amandine

    Hello !

    Je suis allée en Inde pendant 1 mois en sac à dos (Rajasthan + 16 heures de train pour Varanasi et retour à Delhi). Je rejoins assez les éléments factuels du témoignage. J’ai été malade comme tout, mon copain a eu le droit à une semaine d’arrêt maladie au retour. Il s’est même évanoui dans un resto XP (Heureusement des gens adorables m’ont aidée à le ramener à la chambre, et les médicaments sont dosés pour les chevaux dans ce pays ;) On a perdu grosso modo 6 kgs en 1 mois XP Disons qu’il faut être endurant ce qu’on n’avait pas forcément anticipé.

    Par contre absolument AUCUN problème d’hommes qui m’ont suivie ou de choses comme ça. Après on est resté volontairement que 2 jours à Delhi. Les 2 derniers et… on était malade (donc on dormait à l’hôtel). Honnêtement, Delhi, je le sentais moyen. Ailleurs, zéro problèmes. Ni dans les trains, ni dans les gares. De vrais moments de grâce et de détente notamment à Varanasi (où je me baladais seule) à Udaipur, Jaipur aussi. Un guide nous a fait visiter une mosquée dans un bled. Il y avait une foule hallucinante. Je me suis voilée avec mon chech’, des personnes sont spontanément venues me parler (hommes compris) sans que je ne ressente aucune animosité. Ils étaient curieux de voir une blanche, voulaient savoir ce que je faisais là. Une fille de mon âge m’a présentée ses deux enfants ! Elle trouvait ça dingue, qu’à 26 ans, je n’en ai pas encore. Bref, on a échangé sur nos modes de vie….

    Pour le reste, je dirai que globalement je « comprends » ton retour mais qu’il faut un certain « lâché prise » pour apprécier l’Inde. Il faut accepter de ne pas contrôler son voyage, de se faire un peu balader par des guides sortis de nulle part. D’être un peu « de drôles de choses » pour des personnes qui ne voient pas beaucoup d’Occidentaux. Des mères me poussaient leurs petits dans les pattes pour qu’on fasse des photos. Perso, je ne l’ai pas pris comme des agressions mais comme quelque chose de drôle (en plus c’était l’occasion de discuter). Les 2 ou 3 qui me prenaient en photo de loin, je leurs disais d’approcher pour qu’on fasse les photos ensembles et ils étaient juste fou de joie. (Je n’en rajoute pas XP)

    Perso, j’ai adoré ce joyeux bordel. Tout semble possible en Inde ! On parlait à un type dans un magasin en lui demandant où acheter des bijoux, et on se retrouvait chez le frère du cousin de son voisin, dans un bureau d’import-export américain à choisir nos bijoux dans des stocks de gros qu’il nous vendait à l’unité pour faire plaisir au frère du cousin de son voisin. Chaque rencontre était sur ce mode un peu fou et j’ai vraiment adorer, cette impression de liberté, ce contact facile…

    Ah oui et j’oubliais pour la pauvreté. C’est fou ! J’ai l’impression de n’avoir pas visiter le même pays ! :) (Sans méchanceté aucune.) La seule fois où j’ai été vraiment frappée par elle, c’est aux abords de la dite mosquée (ou traditionnellement les pauvres font l’aumône). Et une seule fois des enfants en pleine campagne sont venus demander des bonbons, mais en l’occurrence, on n’avait plus rien. On a montré nos poches vides, rigolés un peu avec eux en les chatouillant et c’était fini…

    Là dessus, je ne sais pas quoi répondre… A la limite, la classe moyenne indienne qui visitait les monuments et qui est vraiment malpolie, m’a plus embêtée au moment de suivre les commentaires des visites :D
    Voilà, tout ça pour dire que l’Inde est une destination complétement barge, mais qu’en le prenant à l’indienne avec le fatalisme qui va bien, ça peut être génial. Faut juste savoir dans quoi on s’embarque.

    Je suis intarissable désolée du combo interminable. Mais je viens de me souvenir aussi de petites filles qui vendaient des briquets de manière assez insistante sur les ghats de Varanasi. Elles étaient vraiment chou mais collantes, à chaque fois qu’elles me tendaient leurs breloques, je leurs demandais (gentiment hein) pourquoi elles n’étaient pas à l’école. (J’ai un papa assez investi dans ce domaine qui m’a bien fait la leçon avant de partir « si tu leurs donnes de l’argent, ils n’iront plus à l’école. ») Et j’ai fini par les ennuyer, je crois :D Une astuce pour ceux qui cherchent à se débarrasser de ces petits marchands ambulants ;)

    • août 11, 2014

      Claire

      Bonjour Amandine et merci pour ton long commentaire! Je me suis permise de regrouper les 3 commentaires dans un seul, pour faciliter la lecture du fil commence à être bien long =)

      Je te rejoins sur une chose: c’est avec les personnes les plus simples que nous avons été les plus à l’aise. Les deux meilleurs moments du voyage ont eu lieu avec des pèlerins et des habitants d’un village, aussi intrigués par nous (et notre appareil photo!) que nous par eux. Dommage de n’avoir pas pu véritablement communiquer et surtout de ne pas avoir pu leur donner les photos d’eux…

      C’est au contraire avec la classe moyenne, qui visitaient comme nous, que les contacts ont été les plus désagréables. C’était étrange =)

  • août 10, 2014

    Diego

    Bonjour
    Je suis vraiment interpellé par ce billet
    Au début j’ai cru à une de ces nombreuses personnes exprimant sa haine sur internet mais le style de l’écriture prouve que nous avons affaire à une personne éduquée
    J’ai vécu six ans en Inde en plusieurs séjours à Calcutta et dans la region de Mumbai
    Je suis médecin et je travaillais avec plusieurs personnes dont des dizaines de femmes de différentes nationalités
    Bien entendu certaines d’entre elles ont connu des désagréments mais rien de comparable à ce que vous narrez….
    Alors là je l’interroge. .
    Les photos? C’est une tradition que nous trouvions bon enfant et aucune de mes assistantes n’a jamais eu un objectif à soixante centimètres du nez
    Bref je ne mets pas en cause la véracité de Claire mais je pense qu’il faut qu’elle continue à se poser des questions sur sa propre attitude et je le dis sans moquerie
    Un petit appartė: la plupart des touristes tilbent malades avec des plats occidentaux : pâtes ; pizzas etc
    Bonne continuation et merci pour ce récit très bien écrit

    • août 11, 2014

      Claire

      Bonjour Diego et d’abord merci pour les compliments sur l’écriture.

      Ensuite, je ne pense pas « exprimer ma haine » car il n’y a tout simplement pas de haine et la grande majorité des gens aillant lu cet article l’ont très bien compris. Il n’y a aucune animosité, aucune rancune, juste une rencontre ratée et bien évidemment, comme dans les problèmes de couple, il n’y a jamais un seul responsable!

      Si aucune de vos assistantes n’a jamais eu un appareil à 60cm du nez, tant mieux pour elle, mais je ne vois pas en quoi cela devrait me pousser à me poser des questions sur « ma propre attitude ». Que sous-entendez-vous donc par là? Que je l’ai cherché? Que c’est mon comportement et uniquement mon comportement qui a provoqué cette attitude de la part de cet homme? Il ne me semble pas que nous nous connaissions, ni que vous ayez été là pendant ce voyage, et je me demande donc bien sur quoi vous vous basez pour poser ce genre de jugement à l’emporte-pièce. Et je le dis sans moquerie =)

      Il serait tout de même bon que les gens qui commentent cet article, et qui n’ont pas vécu la même expérience de l’Inde, respectent un peu plus ce que d’autres ont pu vivre, et nous sommes nombreuses également, tout comme nous respectons ceux qui adorent ce pays.

      Pour ce qui est de la nourriture il est vrai que beaucoup de gens m’ont dit être tombé malade avec des plats occidentaux, et dans mon petit « guide » sur l’Inde je conseille donc de les éviter! Autant profiter de la très bonne cuisine Indienne. J’ai juste eu un petit moment de faiblesse devant la carte, à la fin d’une très longue journée de transport ;)

      • août 13, 2014

        Diego

        Non justement je ne trouve pas qu’il y ait de haine dans vos propos ….si vous m’aviez bien lu c’est d’ailleurs ce que j’écris
        Non je ne juge pas votre attitude par rapport à cet homme ni aux hommes en particulier je ne me le permettrais pas. …il s’agit juste d’une attitude générale
        Un peu moins de susceptibilité de votre part par exemple pourrait etre bien ….

        • août 13, 2014

          Claire

          Bonjour,

          Si vous ne parliez pas de mon attitude envers les hommes, j’aimerais que vous m’expliquiez de quoi vous parlez quand vous dites que je devrais remettre en question mon attitude.

          Encore une fois, si vous ne connaissez pas de femmes ayant vécu cette expérience, elles sont pourtant nombreuses et il est facile d’en trouver des récits (j’ai ajouté un lien en bas de mon article). Si je n’accuse ni l’Inde ni les Indiens, vous chatouillez par contre ma susceptibilité en remettant la « faute » (comme s’il y avait une faute…) sur moi et sur ces autres femmes, au lieu de comprendre qu’il s’agit peut-être simplement d’une rencontre ratée dont les causes sont multiples.

          • août 13, 2014

            Diego

            Non pas votre attitude envers les hommes je ne me permettrais pas ..mais les gens et les indiens en général
            Pendant votre voyage ne donniez vous pas l’impression d’etre crispée voire sur vos gardes,?
            Alors la sûr que vous avez attiré l’attention ….

          • août 13, 2014

            Claire

            Évidemment j’étais sur mes gardes, raisonnablement au départ. La première journée a commencée avec un rickshaw qui nous a suivi 15 min en nous klaxonnant =)

            Après, encore une fois, je ne vois pas l’intérêt de chercher des responsabilités ou de lancer des accusations. Je n’étais pas faite pour ce voyage, je l’ai bien compris, comme d’autres. Après je pense que ma peau blanche et mes cheveux blonds ont bien plus attiré l’attention que quoi ce soit d’autre, et surtout qu’une attitude « crispée ».

  • août 10, 2014

    Diego

    Dans les différentes interventions fort sympathiques d’Amandine je reconnais parfaitement bien « Mon Inde »

  • août 12, 2014

    Amstel

    Bonjour
    Moi non plus je n’ai jamais rencontré de femmes ayant connu ce genre de situation mais je sais que cela existe
    Seul certains amoureux de l’Inde refusent de voir cette vérité car l’amour rend aveugle.
    C’est comme si on disait « je n’ai jamais rencontré de femmes violées alors cela n’existe pas  »
    Curieusement la même discussion vient d’etre lancée sur le forum du guide du routard .
    Bons futurs voyages Claire il y z d’autre pays plus facile que l’Inde
    Cordialement

    • août 12, 2014

      Claire

      Merci à toi ;) Ça fait du bien de rencontrer quelqu’un qui comprend qu’on ne peut pas tous vivre et ressentir la même chose, quand bien même la situation serait quasiment semblable.

      Il y a également un article qui est sorti hier sur le site Madmoizelle, et que j’ai ajouté à l’article. La réaction de cette personne a été encore plus extrême que la mienne d’ailleurs.

      Je suis d’accord, l’Inde est une sacrée expérience, qui peut-être formidable comme très éprouvante, mais forcément enrichissante. Ce n’est pas pour autant qu’elle est obligatoire, il y a plein d’autres endroits à vivre sur la planète!

      • août 12, 2014

        Amstel

        Je viens de lire cet article et c’est très intéressant j’avais déjà entendu parlé du syndrome de l’Inde
        Bon cela doit etre rare tout de même. .
        Je te conseille un pays comme le Laos …tu seras juste atteint du syndrome du retour pénible en France ! Mais c’est une douce souffrance. …
        Tu devrais jeter un oeil au forum du routard Inde il y a une allusion à un blog qui pourrait etre le tien. ..pas tres sympa comme sous entendu je trouve mais bon c’est ainsi
        Ah bravo pour l’article sur Stockholm
        Je connais cette ville très jolie et avec des gens hautement ..éduqués ..cette fois!

      • août 12, 2014

        Amstel

        Si en fouillant dans ma mémoire je me souviens d’une fille américaine qui au bout de quelques jours avait quitté l’Inde pour le Népal. .

  • août 13, 2014

    fan dinde

    Bon sang mais à quoi sert ce genre de discussion?!
    J’aime parcourir les différents blogs sur l’Inde et on l’a signalé celui ci ..
    Que venez vous tous faire ici? Flatter l’ego de quelqu’un qui écrit sur l’Inde ? .compatir avec une personne qui a « raté » ses vacances?
    Des anecdotes sur l »Inde il y en a des milliers
    Et oui Claire rickshaw qui vous suit c’est normal c’est l’Inde
    Des gens qui vous prennent en photo c’est comme çà et la plupart des gens trouvent çà sympa
    Ne pas digérer la nourriture indienne? Cà arrive par contre en etre reduit à préférer Mac do çà c’est rare et grave
    Voir des pauvres?
    Ben oui excusez les mais il faudra vous habituer car ils arrivent en lasse chez nous
    Des femmes ennuyees par les indiens cela arrive et c’est pénible et inexcusable mais c’est très rare
    Vous parlez des témoignages allant dans ce sens sur ce blog
    Oui il y en a mais je reste persuadé que si vous alliez sur place vous trouveriez plus de témoignages comme ceux d’Amandine
    Et ne me traiter pas de macho …c’est trop facile
    Quant au témoignage de la rédactrice de mademoizelle c’est une journaliste il faut qu’elle trouve un truc à écrire
    Bon ne perdez pas votre temps chers participants continuez à apprécier l’Inde et ses merveilleux habitants
    Moi çà suffit je ne voulais pas participer à un blog aussi peu constructif mais je suis tombé dans le piège
    J’en resterai là définitivement
    N’oubliez pas que ce blog est modéré par sa créatrice elle même alors elle garde ce qu’elle veut
    Inutile de dire que je suis aigri c’est pas vrai …juste un peu cynique et juste lzs de vour tant de gens utiliser les participants à un blog comme psy
    Moi avec tout çà j’ai raté mon train
    Je vais faire un blog
    Chronique d’un train raté

    • août 13, 2014

      Claire

      Bonjour,

      Oui ce blog est modéré et je peux vous dire que les seuls commentaires à ne pas avoir été publié sont les suivant de Stéphanie car ils contenaient des propos insultants et qu’elle avait été prévenue que seuls les commentaires productifs seraient publiés. I est inutile de crier en plus à la censure.

      • août 13, 2014

        fan dinde

        Vous devez faire erreur car je viens de trouver les commentaires de Stéphanie ou alors il y en avaient d’autres. ..

        • août 13, 2014

          Claire

          Le suivants n’ont pas été publiés, il n’y pas d’erreur =)

          Je pense que désormais tout a été dit sur ce sujet, quel que soit les avis ils sont toujours intéressants et valables mais malheureusement tout le monde ne partage pas cet avis. Afin d’arrêter la montée d’agressivité dans ce fil de commentaires, ceux-ci sont désormais clos.

          Merci à tous d’avoir participé!

  • juillet 18, 2014

    Miladj

    Je suis assez choquée.
    Il n’est donc pas possible de ne pas apprécier un lieu, un environnement, sans que cela ne soit assimilé à du racisme.
    Certains commentaires ici confirment les dires de Claire, mais en font pourtant un témoignage positif.
    Il y a des choses que l’on peut affronter, supporter, apprécier. Et il y en a qu’on ne peut pas.
    Le fait d’être aller en Inde relève de la curiosité, de l’envie de découvrir, de la pensée qu’on va en profiter.
    Ou alors ce voyage n’aurait été qu’une vive envie d’aller constater qu’ailleurs « les étrangers sont dégoûtants » ?

    Je souligne au passage que cette phrase « Que leur reprochez-vous à part d’être comme ils sont ? » n’a aucun sens étant donné que vous même, Adel, être entrain de reprocher à Claire de nous faire partager SON ressenti. Non pire, de ressentir tout simplement.
    Soit l’on s’accorde à dire qu’il ne faut pas reprocher aux autres ce qu’ils sont, soit on admet que ça fait partie de la vie, aussi, et donc… Donc on formule un peu mieux son commentaire.

    Je trouve ça bête et insultant de ne même pas prendre en compte les réelles intentions de l’auteure.

  • juillet 18, 2014

    Claire

    Merci d’avoir fait ce que je n’ai pas eu envie ni réussi à faire :)